Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 août 2016

Epatement du petit matin

toscane, san gimignano

San Gimignano, août 2016

 Ce matin quand je me suis réveillée, le soleil n'était pas encore levé ou plus exactement il n'était pas encore passé au-dessus de la brume qui enveloppait la plaine. Vite un café, vite mes chaussures de course. Malgré la chaleur qui, elle, avait oublié de s'endormir -comment réussit-elle à tenir après autant de nuits blanches ?- je suis montée jusqu'au panorama de St Pierre du Vauvray. D'habitude, arrivée là-haut, je me réhydrate puis file sur la deuxième moitié de ma boucle. Ce matin, j'ai eu envie de m'attarder un peu. Mon corps ne risquait pas de se refroidir. J'ai emprunté la courbe du chemin qui descend à flanc de coteau et me suis assise dans la prairie. Silencieuse, le souffle à nouveau calme, j'ai laissé mon esprit prendre pour corps l'univers. C'est ce moment que le soleil a choisi pour illuminer la brume, c'est ce moment que ma mémoire a choisi pour faire remonter un autre matin.
A San Gimignano, quand je me réveillais assez tôt, je filais sur la terrasse du haut pour admirer l'épatement* du petit matin, au-dessus des rues vides. Seule une statue, dans un jardin derrière moi, se tenait à la verticale, immobile et burinée par les premiers rayons, jour après jour. Jamais elle ne manquait un rendez-vous. D'habitude, le soleil rayait la ligne d'horizon comme un diamant sur une plaque de verre. Ce matin-là, il a mis pied à terre tout embrumé et s'est attardé dans les plis des collines. Exactement comme moi aujourd'hui sur les coteaux de la Seine.

*"épatement" : je rends à ma fille, qui est très forte pour inventer des mots ou donner des sens nouveaux à des mots qui existent déjà, ce qui appartient à ma fille.

toscane, san gimignano

© Pili Vazquez
San Gimignano, août 2016

 

Commentaires

Alors moi je boude ! La photographe a le droit à un copyright, mais moi l'inventatrice du mot "épatement" je n'ai le droit à rien ?
Pffffff

Écrit par : Hannah | vendredi, 26 août 2016

Répondre à ce commentaire

je remédie à ça tout de suite !!!

Écrit par : la bacchante | vendredi, 26 août 2016

Merci pour cette aube magique, pour ce mot nouveau que j'intègre illico à mon vocabulaire, pour ces photos superbes.

Écrit par : Colo | samedi, 27 août 2016

Répondre à ce commentaire

Après le mot "épatement", je vous suggère le mot "épatistique" inventé par une petite fille de 12 ans lors de notre dernier voyage en Italie, justement.
Bon dimanche.

Écrit par : Bonheur du Jour | dimanche, 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire