Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 octobre 2015

Paroles contraires

factorie
© ma morveuse


Empiler dans une même après-midi
le notaire
la banque
le bonobo
la biocoop
La vie ressemble parfois à un futile édifice

Faire le tour des libraires et dénicher au fin fond d'une étagère
Si étroit entre des pavés
Parole contraire d'Erri de Luca
Fissure dans le mur de nos certitudes

Quitter l'asphalte de Louviers
Longer la maison d'arrêt de Val de Reuil
Tourner à gauche passer le pont
et s'arrêter à la Factorie

Là, dans une odeur de café, de gâteau au chocolat et de Copo, nous avons, ma morveuse et moi, redonné le temps au temps. L'une après l'autre, murmures de voix hautes, nous avons effeuillé Sous les fleurs de la tapisserie. C'était à celle qui lirait le dernier poème quand d'autres cherchent à avoir le dernier mot.

erri de luca, parole contraire, factorie,

© ma morveuse

lundi, 15 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (1)

cartes.jpg

En cet espèce d'espace est numéroté, rangé, classé,  un monde de papier au grand complet, du pôle nord au pôle sud, de la naissance du soleil à sa mort. Nous voulions des pointes, pas celle de Pitre encore moins celle de Coeur ou de Côté. A nous celles dites du ou de -choississez la préposition à l'allure de particule qui convient- Castelmeur, Van, Raz, Feunteun Aod, Plogoff,  Castel, Penn an Enez, Lervily, Karreg Léon, Souc'h, la Torche, Penmarc'h. Et entre deux, des paluds et des plages et deux ponts, de croix et d'abbé. Mur de gauche, 3ème rangée en partant du haut, cartes 0419 ET et 0519 OT...

dimanche, 26 juin 2011

CHEMINS DE TRAVERSE

P1050752.jpg

Parce que je déteste les fins d’année scolaire ou civile...

Une année s’achève, cela en fait seize au compteur comme autant de strates qui viennent se superposer. Je pourrais, là, les décliner toutes, en un éphéméride exact, entonner l’incantation qui les ramènerait au grand jour. Sur chacune d’entre elles, des visages de gamins qui l’espace d’une année auront traversé mon chemin et moi le leur. En chacune d’elle, ce désir, quand la dernière heure achève son tour de cadran, d’avoir placé en eux cette nécessité de la lecture et de l’écriture pour  être au monde autrement.
Qu'ils osent ne pas être des presque vivants et ne pas chercher à enterrer des ombres,
Qu'ils osent préférer les nœuds marins au mètre étalon
Et acheter une douzaine d’œufs moins deux si cela leur chante,
Qu'ils osent rester sur la route avec cette certitude que ce qui est en mouvement sera toujours meilleur malgré tous les dangers que  ce qui est immobile et promis à la décomposition.

A mes étonnants voyageurs, bonne route…

lundi, 28 juin 2010

LA NUIT N'EST JAMAIS COMPLETE

Magritte_L_empire_de_la_lumi_re_II_1950_.jpg
Magritte, L'empire des lumières II, 1950

La nuit n’est jamais complète, dit-on,
Elle l’est même de moins en moins en ce mois de juin.
C’est d’abord le crépuscule qui s’étale en stridulant,
Il ne veut pas lâcher prise le bougre.
Et puis le réverbère prendra le relais,
Presque trop tôt,
Quasi inutile sur son premier quart.
Sur sa face,
Les traits altiers de ceux qui se savent immuables,
Froidement il accomplit sa tâche.
Pourtant à la révérence du réverbère,
Avant qu’aujourd’hui ne se défasse en demain,
Après extinction de la dernière fenêtre
Elle se gaussera, la nuit, des certitudes du poète.

Sur une proposition des Impromptus littéraires inspirés par un poème d'Eluard...

La nuit n'est jamais complète.
Il y a toujours puisque je le dis,
Puisque je l'affirme,
Au bout du chagrin,
une fenêtre ouverte,
une fenêtre éclairée.
Il y a toujours un rêve qui veille,
désir à combler,
faim à satisfaire,
un cœur généreux,
une main tendue,
une main ouverte,
des yeux attentifs,
une vie : la vie à se partager.

samedi, 26 juin 2010

ça

gal_2075.jpg
Miro, Bleu II, 1961

Retour à la terre
Le convoi se fait à la lueur
d’une lune rousse et pleine

Le regard s’embourbe devant un sens interdit
Dépourvu de séance, son rouge dépareille...

samedi, 05 septembre 2009

VASES COMMUNICANTS

fenêtre.jpg
Photo de moucheron

Qu'est-ce qu'un blog? Y effleurer sa propre vie, ne pas être dans le journal intime, déjà le lieu est fictif, Les îles indigo. Le regard porté dehors ne se veut expert es riens du tout. Alors un lieu de frottement entre soi et le monde, peut-être, une mémoire des jours passés en fonction de ce vecteur. Et à côté, un regard réceptacle de ce qui pourra demain faire billet.
On y entre, on en sort en laissant un mot ou pas.
Mes mots seraient-ils les mêmes , éxilés de ma bannière. L'aquarelle de François Place comme une muse?
A ce grand dérangement, certains s'essayent depuis juillet. Cela s'appelle Les vases communicants en hommage à  Breton. Le premier vendredi du mois, on laisse la place à un autre et on s'invite chez lui. Pour ce vendredi 4 septembre, François Bon et Brigitte Célérier ont fait l'échange. Le premier écrit chez Paumée et la seconde sur Tiers Livre.
Il est des patates chaudes que je veux bien attraper avant de les refiler...
Post-scriptum: l'arbre à palabres et c'était demain ont aussi déménagé.

08:41 Publié dans ESPACES D'ECRITS | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : blog, breton |  Facebook |

mercredi, 19 mars 2008

LES MYSTÈRES D'HARRIS BURDICK (6)

1703506338.jpg

 ECHEC A VENISE
_______________

Même en faisant machine arrière de toute sa puissance, le paquebot avançait de plus en plus dans le canal.

Déjà la basilique s’effondrait sous la poussée du mastodonte, et les façades du Canaletto s’écroulaient les unes après les autres. L’ombre du navire engloutissait maintenant le quartier. Dans une poignée de secondes le pont de l’Académie serait brisé en douceur, presque mollement, juste par l’inertie du bâtiment. Une dentelle de pierre vieille de six siècles, qui avait résisté aux inondations, à l’ensablement et aux millions de touristes.

Quel gâchis… Du haut de la cabine de pilotage, Jacques, les bras ballants, assistait impuissant à l’épilogue grotesque de sa troisième et dernière mission. Cette fois-ci, les administrateurs ne se contenteraient pas d’un sourcil réprobateur. Il n’y aurait pas de débriefing collectif, destiné moins à revenir sur l’origine des erreurs techniques qu’à humilier les fautifs. Pas non plus de dernière chance.

Non. Pas cette fois-ci. On lui avait bien fait comprendre, après le fiasco de la banque Harlen, qu’une telle erreur de jugement ne devait sous aucun prétexte se reproduire. A trois minutes de la sortie des derniers otages, il avait laissé l’un des braqueurs, retranché dans les toilettes du personnel, vider son chargeur sur un couple de pauvres vieux avant d’être abattu. On lui avait alors reproché d’avoir négligé les sorties secondaires dans le plan de l’édifice.
 
Après trois mois de purgatoire en salle des archives, où il avait redoublé d’efforts pour ingérer tous les protocoles de sauvetage, son administrateur personnel l’avait recontacté. La hiérarchie le convoquait le lendemain matin en salle d’entraînement. Simulation d’opération spéciale en mer. Environnement hostile de type quatre. Revoir tout le chapitre Protection des civils.

Comment le Cristos Onassis, cent-quinze mètres de long et treize mètres de la ligne de flottaison à la quille avait pu s’enfoncer dans la lagune, et ainsi atteindre les premières habitations sans s’ensabler, Jacques ne pouvait l’expliquer. C’est à peine si maintenant le monstre semblait ralentir, freiné par l’amoncellement de palais déserts et d’embarcations heureusement vides.

Pourtant, malgré une nuit sans sommeil passée à réviser, Jacques s’était installé plutôt confiant au matin dans le simulateur. De schéma classique, l’opération consistait à maîtriser une dizaine de mercenaires qui avaient pris le contrôle d’un paquebot en mer Adriatique. Désarmement, protection des otages et remise du vaisseau aux autorités Italiennes. Seulement là encore, dès l’injection qui l’avait projeté virtuellement en salle des machines, Jacques avait senti la situation lui échapper. Neuf preneurs d’otages liquidés en moins de quinze minutes, neuf. Mais où pouvait bien se cacher ce dernier salopard ? Même le détecteur géothermique ne le repérait pas.
Vingt minutes plus tard, alors que Jacques fouillait une à une les cabines du deuxième pont, un homme surgit des chambres froides, traversa les cuisines et atteignit le poste de commande. Ce qu’il eut le temps de trafiquer dans l’ordinateur de bord avant que Jacques ne l’abatte, personne ne le sait. Toujours est-il que le paquebot était devenu incontrôlable.

Bien sûr, personne ne serait blessé. Personne n’habitait ces palazzi numérisés, pas plus que les otages ou les mercenaires n’existaient réellement. Maigre consolation cependant. Car à mesure que le Cristos Onassis plongeait dans une Venise de pixels, c’était la carrière de Jacques au sein du prestigieux Bureaux des Interventions qui sombrait.

Est-ce bien Yann? 

vendredi, 14 mars 2008

LES MYSTÈRES D'HARRIS BURDICK (5)

1703506338.jpg

 

ECHEC À VENISE


C’était l’été, il faisait beau et très chaud. Un gigantesque paquebot naviguait paisiblement en pleine mer. A son bord, des touristes entassés tentaient de se frayer un chemin jusqu’à la piscine.
Au même moment, à Venise, les rues étaient désertes. Les gondoles vides étaient arrimées le long des quais, le canal semblait inanimé comme si tout le monde restait chez soi pour s’abriter de la chaleur assommante.

Depuis sa cabine, le commandant du paquebot s’exclama :
- Quel temps ! Avec cette mer d’huile nous arriverons rapidement à destination! Et encore plus vite si nous accélérons un peu la cadence !
L’équipier n’eut pas le temps de répliquer, le paquebot se mit à accélérer de plus en plus, poussé par une force gigantesque ! Soudain l’équipier s’écria stupéfait:
- Commandant ! regardez, droit devant !
Il était trop tard. Même en faisant machine arrière de toute sa puissance le paquebot s’avançait de plus en plus dans le canal. Le pire allait arriver !
Tout se passa très vite. Le ciel s’assombrit d’un coup et le paquebot vint s’encastrer violemment dans le canal détruisant tout sur son passage.
Le commandant eut tout juste le temps d’hurler :
- Oh non ! catastrophe !
C’est alors qu’un cri retentit :
- Ah ! Arthur, mais qu’as-tu fait ? La maquette pour mon stage d’arts plastiques, tu as tout détruit! C’est la chaleur qui te rend fou ? Tu n’as rien d’autre à faire de tes vacances ?
Arthur bredouilla timidement :
- Mais Marie, excuse moi, je…je ne voulais pas, j’étais le commandant et je faisais une croisière et…
- Je ne veux pas le savoir, je vais le dire aux parents, tu vas voir ! pesta sa sœur.

C’était l’été, il faisait beau et très chaud. Marie partit en claquant violemment la porte.

  Julie

mercredi, 12 mars 2008

LES MYSTÈRES D'HARRIS BURDICK (4)

1947749001.jpg

 

LA BIBLIOTHEQUE DE M. LINDEN

Il l’avait prévenue pour le livre. Maintenant c’était trop tard.
Le livre prenait vie et elle entrait dans un sommeil de... Mr Linden, pourtant maître et garant de ce secret protégé depuis des siècles, n’avait rien pu faire. Etait-il réellement responsable de ce qui arrivait à cette effrontée, têtue et tyrannique ? Non ! Mr Linden lui avait dit :  « Ne touche pas à ce livre ». Il avait tout essayé, feignant le désintérêt « Ah !Celui là ! Je me suis endormi tant de fois dessus qu’il a fini par me tomber des mains ! » .
Puis l’autorité : «  Si j’ai mis ce livre en hauteur, jeune fille, c’est qu’il n’est pas de votre âge de consulter tel ouvrage ! » ; puis la douceur «  S’il te plaît, ne touche pas à ce livre puisque ça me contrarie. Tu m’aimes bien n’est-ce pas ? Tu ne veux pas me faire de peine ? » .

Alice c’est vrai, éprouvait une tendresse certaine pour ce bibliothécaire un peu vieux jeu. Seulement voilà, elle n’avait pas seulement envie de lire ce livre, elle en rêvait ! Il la poursuivait dans ses pensées, si loin que même la sensualité du contact avec le vélin ne lui avait pas échappé. La couverture de cuir usée, elle rêvait de la caresser, d’en user la pulpe de ses doigts.
Aussi elle inventa maintes subterfuges pour duper le pauvre M. Linden qui sentait bien qu’en vieillissant, il ne pourrait pas toujours garder cette enfant, cette jeune personne à présent, du terrible danger qu’était sa curiosité.

Personne jusqu’à aujourd’hui n’avait jamais percé le secret, mais M. Linden n’était pas seulement vieux jeu et vieillissant. Il gardait, tel un templier dans cette bibliothèque, quelques ouvrages laissés par ses frères. Des œuvres magistrales et dangereuses qui enfermaient en leur sein des sorcelleries diverses et variées. Le vieil homme aurait voulu dénicher un disciple comme jadis son maître l’avait trouvé. Mais les jeunes gens aujourd’hui dédaignent les livres et leurs secrets. Quand Alice s’était présentée la première fois, M. Linden avait ressenti des qualités particulières qui réveillait subitement en lui un espoir éteint. La sotte, dans son empressement de tout connaître, de tout savoir, passa outre un soir les recommandations de son maître et s’échappa, empruntant dans sa fuite le livre tant désiré. Elle disparaîtrait très certainement digérée comme les autres par la trame de l’histoire. Ses parents retrouveraient au matin sa lampe de chevet allumée, le lit à peine défait…

M. Linden était prêt, il recouvrit ses épaules d’un pardessus noir, il avait l’habitude maintenant. Tant de fois déjà, il avait du se glisser sans bruit dans des maisons qu’il ne connaissait pas. Tant de fois il avait dû refermer le livre repu sur de jeunes sots. Il fallait récupérer le livre et le dompter à nouveau, le ramener au cœur de la bibliothèque, le cacher, mais pas trop. Le nourrir signifiait renouveler la quête d’un jeune disciple impatient et malléable.

Myriam

 

 

lundi, 10 mars 2008

LES MYSTÈRES D'HARRIS BURDICK (3)

1557928858.JPG

 

CAPITAINE TORY

Il balança sa lanterne trois fois et la goélette apparut lentement.
Bien avant cela, au rythme des oscillations, le capitaine Tory, vieux loup des mers, avait fait surgir dans la plaine une ville portuaire. Probable souvenir des ses lointaines escapades, elle ressemblait à s’y méprendre à Sausey. Il y avait fait escale en 1968. Depuis, des années étaient passées, voila plus de vingt ans qu’il n’avait pas navigué. Il vivait paisiblement au fin fond de l’Écosse, paisiblement jusqu’au jour où…
C’était un mardi de décembre, il arpentait les rues, flânant dans les brocantes quand soudain son regard fut attiré par un objet : une lanterne, vieille, usée par le temps, rouillée par l’eau salée. Elle n’avait rien pour plaire et pourtant ses yeux ne pouvaient s’en détacher. Il la saisit.
- Combien ?, dit-il d’un ton monocorde
- 5 sterling, répondit le vendeur
Il fouina dans sa besace, en sortit les pièces, qu’il tendit au vendeur.
De retour chez lui, il posa la lanterne sur le buffet face à la porte.  Assis dans son fauteuil, le regard perdu, les souvenirs surgirent : les longues soirées d’hiver où il avait conté à son fils puis à son petit-fils les légendes qui entouraient la lanterne que lui-même n’avait jamais vue, les lointains voyages et ces marins rencontrés d’escale en escale.
Oscar, le marin de l’Oliban avait été le premier à lui parler de la mystérieuse lanterne, mais c’était Marius, un vieux marin qui fumait sa pipe toujours assis, au pied du phare, le regard perdu au loin dans l’immensité de la mer, qui l’avait mis en garde : la lanterne pouvait être aussi source de malheur ne cessait-il de dire.
La nuit était tombée depuis peu, le feu crépitait dans l’âtre, le chat ronronnait enroulé dans le vieux caban du capitaine, la soupe fumait, la porte s’ouvrit brusquement laissant apparaître un visage rougi par la rudesse de l’hiver. C’était Mattew.. Le visage du capitaine s’éclaira. Mattew reconnut la lanterne, objet qui revenait si souvent dans les histoires que contait Granpa.
Ils savaient ce qu’ils allaient faire. Le froid de la nuit, l’absence des étoiles, l’heure déjà avancée, rien ne les arrêterait.
Dans le pré, derrière la maison, le capitaine commença à balancer la lanterne, le port apparut, les lumières des maisons se mirent à briller, à la troisième oscillation la goélette se dévoila . Il se souvint alors des paroles prononcées par le vieux Marius. Il saisit précipitamment l’avant bras de Mattew, ne surtout pas franchir la balustrade.

Moucheron


 

mardi, 04 mars 2008

LES MYSTÈRES D'HARRIS BURDICK (2)

1976546765.jpg

 

AUTRE LIEU, AUTRE TEMPS

S’il y avait une réponse c’est là qu’il la trouverait, à sa table de travail. Il ne s’en lèverait pas tant qu’il n’aurait pas barbouillé quelques feuilles.
Qu’allait-il décider? Il ne savait pas encore, se sentait prêt à tout. Hier déjà, il avait expérimenté tant de pistes : tantôt, il avait placé Monsieur et Madame sur un mauvais paquebot, fuyant à la hâte un pays déchiré. Madame n’avait pas eu le temps d’enlever son tablier, la tarte était restée sur la table. Finalement, à la place du paquebot, un vieux rafiot à la voile incertaine l’avait séduit quelques minutes plus tard Sur la tête de Monsieur, allez savoir pourquoi, il s’était amusé à visser un melon passé de mode. Tout d’abord jeune couple, ces deux-là s’étaient vus allouer deux mômes, pas du genre chérubins. Du coup, la taille de Madame s’était alourdie. Comme le rafiot n’en menait pas large avec tout ce monde, il l’avait remplacé par un chariot à roulettes pouvant mener grand train sur des rails. Les exilés de l’Est étaient alors devenus des ladres du Far West.
Aujourd’hui, dans ce tohu-bohu, il le savait, il devrait  trancher. Ce n’était plus l’heure des jérémiades. Par désespoir, il infligea un béret au benjamin. Au point où il en était.
Il se servit un verre de cidre âpre, puis ouvrit la fenêtre. Tout cela sans quitter sa table. Son pacte l’en empêchait. Les nuages noirs au loin, prêts à se répandre au premier signal n’étaient pas de bon augure. Inutile d’y chercher des séraphins en gambade. Les pages du roman en cours sursautèrent au passage du courant d’air iodé.
Ah s’il osait, il enverrait bien tout son petit monde, là-bas pour voir. De l’autre côté. Tiens, il y placerait même un château incongru et insolite, perdu dans la brume comme il se doit, Eden inaccessible. Le Benjamin serait même le premier à l’apercevoir. Il s’empresserait de chercher l’emplacement et le nom du monument dans ses cartes, qui jamais ne quittaient son cartable. Encore faudrait-il qu’il lui en laissât le temps.
A la hâte, il imagina donc un chariot-rafiot , y plaça son encombrant quatuor, songea même à coincer la jupe de Madame dans les roues, mais non changea d’avis et fit se lever un bon vent, enfin les poussa droit devant. Il ressentait une certaine jubilation et sa plume sur la feuille en perdait même son alphabet. Pris d’un désir irrépressible de zizanie, il recouvrit soudain le désert du grand Ouest d’un Océan qui n’allait pas tarder à se déchaîner. Au loin les rails s’y perdaient déjà…

Demain les batteurs de grève trouveraient leur bonheur : quatre macchabées dont la Géhenne n’aurait pas voulu. Quant à lui, il s’assiérait à nouveau à sa table.

La tenancière de ces lieux 

 

 

lundi, 03 mars 2008

LES MYSTÈRES D'HARRIS BURDICK (1)

1976546765.jpg

L'oiseau lire sait filer l'envie de lire, prévoir cependant une bonne heure de libre. L'espace est petit mais les recoins nombreux où se poser pour commencer sans vergogne la lecture d'un roman qui se trouvait justement là sur le passage.

Le volatile  a aussi décidé de s'arracher les plumes pour filer le virus de l'écriture. Point de départ de l'expérience, l'album de Chris Van Allsburg Les mystères d'Harris Burdick, suite de planches en noir et blanc accompagnées chacune d'un TITRE et d'une phrase pour le moins sybilline. L'auteur dit les avoir vues pour la première fois chez M. Wenders ancien éditeur de livres pour enfants. Burdick les lui confia un jour, il avait écrit une histoire pour chacune d'entre elles. Aussi  promit-il de les ramener le lendemain. L'individu ne revint pas. Qu'à cela ne tienne, Chris Van Allsburg engage son lecteur à les inventer.

Avec quelques étudiants, nous avons donc tenté d'emplumer ces illustrations réalisées au crayon.

A suivre...

 

 

 

lundi, 25 février 2008

CANDIDE LETTRE

1737419462.jpg

 

Voilà, cette année, j'ai osé..

L'indigotière
27/04/69
Mère d’Hannah et Ephraïm
Professeur de lettres, parfois de mots et souvent de littérature jeunesse

Voilà, maintenant que les présentions officielles sont faites, il va bien falloir passer au vif du sujet : « les raisons de ma candidature et mes goûts littéraires » dixit le site de France Inter…

Ca a débuté comme ça : le 29 janvier 2008, j’étais sous la chaleur de la couette, immergée dans Une histoire de la lecture,  quelque part dans un entre-deux. Je venais de découvrir  que  la lecture silencieuse n’avait pas existé de tous temps. L’air froid s’engouffrait par la porte-fenêtre et Esprit critique par la radio en sourdine.  Mes cours ne commençaient qu’en fin de matinée. J’attendais que soit annoncé le nom du président du jury du prix Inter : promis après je me lèverais et j’irais rejoindre mes étudiants. Avant j’enverrais juste un mail aux copines, intitulé « Inter, c’est lancé ! »

Faut dire que pour la huitième année consécutive, nous nous réunirions avec les copines lorsque le printemps reviendrait. Tout le reste de l’année, nous partagions nos lectures, mais là nous relèverions à nouveau le défi : dix romans en huit semaines. L’excitation irait tambour battant, un jour de fête est souvent bruyant. Avant j’aurais bien sûr fait la razzia des presque dix titres à la médiathèque. Il en manquait toujours un ou deux mais la bibliothécaire, comme prise en faute, s’engageait à les acheter au plus vite. Et comme chaque année, nous improviserions un jury, 24h avant le verdict de l’Officiel, nous attribuerions notre prix France Inter.
Dans le groupe, il y en a toujours une ou deux qui rédigent une lettre de candidature, pour tenter leur chance. Moi j’ai bien failli, lorsque ce fut Nancy Huston  ou Jean Echenoz, et puis le manque de temps ou le défaitisme…

Cela ne m’empêchait pas d’imaginer ce que j’aurais pu y dire. Sans doute aurais-je décliné le verbe lire dans une impossible tentative de le circonscrire. Sans doute aurais-je aimé prononcer pour le plaisir d’entrechoquer entre eux les  auteurs et oeuvres de mon cortège littéraire. Peut-être aurais-je entremêlé les deux et ça aurait donné quelque chose comme ça:

Lire, c’est laisser ses seules mains comme présence et accepter la bonne aventure qui se dessine sur les lignes,
L’Atlas des géographes d’Orbae et Les derniers Géants de F. Place
Lire c’est s’entourer de silence pour entrer en dialogue avec le texte,
Quel livre résisterait le mieux au fracas  d’un voyage en TGV ? Lorsque le paysage est projeté incessamment sur la vitre, les lignes doivent être capables de filer, entêtées.
Lire aux éclats
Le monde selon Garp d’Irving et Eblouissement d’Egloff
Lire c’est presser le monde à ses racines
Le chant VIII de l’Odyssée, les Métamorphoses d’Ovide, la Genèse
Lire c’est remuer le verbe dans toutes ses strates
Le Dictionnaire étymologique d’Alain Rey
Lire c’est retourner en soi des terres en friche
La bibliothèque du salon et de la chambre en disent bien plus long sur moi que la planche réservée aux albums photos,
Lire en glouton avide
Vallejo et toute son œuvre engloutie sans aucune retenue après Ouest
Lire c’est être en dehors du monde et lui faire corps
Les voleurs de feu Bon, Michon, Bergounioux
L’acuité d’un regard porté sur le réel, Bashô et Proust
Lire c’est avoir toujours un livre dans son sac , roue de secours, au cas où
Lire, c’est devenir un espace tremblé, é-mot-ique
Terraqué de Guillevic
Lire c’est griffonner dans la marge, à quoi servirait autrement cet espace laissé blanc ?
Le vice-consul et Lol V Stein de Duras
Lire c’est inventer la part manquante du texte,
Michaux, Queneau et Perec, oui surtout Perec
Lire à haute voix c’est se donner un peu plus au texte
Lire c’est entrer en résistance au monde et décider d’en faire partie autrement
Un homme sans manteau de Jean-Pierre Siméon

Ca aurait sans doute donné quelque chose comme ça. Qu’on n’en parle plus !

Un rayon de soleil tient tête à l’air froid et  la radio est tout sourire :
-    Mais d’abord qui va présider le jury ? Vous êtes un homme, un écrivain, vous êtes … ?
-    Alberto Manguel !!!!!!!!!!!!!!! 

Ah, si seulement j’osais…

ndlr: Les points d'exclamation ne sont pas du fait d'Aberto Manguel mais de ma stupéfaction à ce moment-là, bien sûr.

à suivre...

 

jeudi, 10 janvier 2008

BANCAL ALBAN (3)


Que ta porte est lourde!
Des albums d'une main, des recueils de l'autre,
Il ne reste plus qu'à
Poser sur les marches
Les brouhaha et tohu-bohu
Du dehors, du dedans,
Il ne reste plus qu'à
Arcbouter le corps, pousser
Et entrer
Enfin.

Mais aussi tôt
La halte obligée dans le hall
B'jour mamzelle la Pythie
Toujours cet air hagard
Comme sur le départ
1808ff75c8c04c3ce18ae928289f792f.jpg

Et déja sur le damier du sol
Se joue une partie d'échec
Lumière contre obscurité mate
Et sur les panneaux
Le pataquès des mots
Tente de se déjouer
Des effluves chimiques si propres sur elles
Poèmes sonnés contre Ajax et autres confrères

Emplie des plis épiques de cette arène
Je garde lointaine
Quelques minutes encore
La traversée du couloir
Qui mènera au banc blanc
Dehors
4a9caeeeb3da37ee972223559525c933.jpg

Lui, le banc, il garde, garde,
Regarde aussi la ville silencieuse et pétrifiée.
 
La tenancière de ces lieux 

mardi, 08 janvier 2008

BANCAL ALBAN (2)

SOUVENIRS OUBLIÉS

Une alternative s'offrait à moi pour fuir. Soit prendre ce long couloir qui menait dans ce pitoyable hall.

46ad3d46b8f4c639ffa5722e42c1111b.jpg

Pitoyable hall et pourtant tant de choses s'y passaient. L'autre jour, une charmante dame vêtue de son par-dessus bleu était  nonchalamment assise sur le banc rouge, son souffle semblait suspendu, son corps immobile laissait pourtant transparaître son trouble. Les pages tournaient une à une. Le bruissement des passants, l'abeille qui bourdonnait au dessus d'elle, rien ne semblait pouvoir l'interrompre, il en fut ainsi jusqu'à la dernière ligne du livre. Je sus, bien plus tard, par l'homme au chapeau vert, qu'elle lisait L'Elégance du hérisson de Muriel Barbery et je compris alors ce qui l'avait tant captivée. Ce hall était aussi lieu de rencontres pour tout ce beau monde, et fuir par là n'était-ce pas trop risqué ?

f8bbc243988336f7d5e331d7b59c1ab5.jpg

 

Je pouvais aussi emprunter le jardin, dédale d'allées bordées d'arbustes fleuris où chaque fleur embaumait de son parfum. J'aimais m'y perdre les jours de soleil où les papillons voltigeaient au gré des fleurs, où les abeilles butinaient à la recherche du précieux nectar.Les soirs d'été alors que la brise venant de la vallée  rafraîchissait la chaleur étouffante de la journée, on entendait les grillons. Et ce banc de pierre, il avait vu tant de pantalons, jupes venir s'y reposer. Ces amoureux se bécotant, cette vieille dame qui inlassablement tricotait, ces enfants qui riaient en courant autour de leur maman. Les souvenirs sont là, chaque petit espace, chaque odeur,  chaque histoire fait surgir en moi, des émotions, des sensations, stigmates de l'enfance. Certains, poétiques me transportent, d'autres, plus douloureux me bouleversent.  Faut-il pour autant fuir, ou faut-il affronter ?

MOUCHERON 

 

LE PIPO ET LE VIOLON

Il était une fois un bonhomme de neige qui jouait du pipo(1) et du violon assis sur un banc.

feb5a16427fda0071a0096ee6488b6f1.jpg

Un jour, le soleil brilla très fort dans le ciel et le bonhomme de neige se mit à fondre : il se transforma alors en un humain mais il jouait toujours du pipo  et du violon.
Plus tard il arrêta le pipo pour ne plus jouer que du violon, il se mit aussi à jouer du violoncelle.
Trois mois plus tard, il était devenu un artiste, on le surnommait  Vivaldi.
Il faisait des concerts et voyageait de ville en ville.

d296905ff65b7de00c5b9b48d5344ae1.jpg

Un jour, alors qu'il était déjà vieux, il donna un concert sur le banc rouge d'une grande entrée quand brusquement il fit tomber son archer par terre qui se transforma en bonhomme de neige. Qui sait ce qu'il allait devenir !
FANNY

(1): le pipo est un instrument tout en rondeur que seuls les bonhommes au souffle de glace peuvent jouer. A ne pas confondre avec son homonyme pipeau (ndlr)

jeudi, 27 décembre 2007

BANCAL ALBAN

Depuis sept jours, il a l'air de tenir bon le jour: la pente il la remonte, les minutes il les grapille. Aussi en guise de saturnales, je vous propose ces deux photos solaires et urbaines et un nouvel espace d'écrits. Vous réunirez ce banc et ce hall comme bon vous semblera, en une version hall-banc ou banc-hall, en prose ou en vers, en deux lignes ou une page... La seule contrainte est celle-ci:
les textes sont à envoyer à beaadded@gmail.com avant le vendredi 4 janvier, à 04h44, le cachet de la toile faisant foi.

a9139febc4e7ad718daa22ab23d5e167.jpg
c2af890e88b8e71e1470dd30466a6bda.jpg

Que Saturne turbine à vos côtés!

18:00 Publié dans ESPACES D'ECRITS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saturne |  Facebook |

dimanche, 09 décembre 2007

RÉEL INSOLITE

fac873d679f6ddf6b6871b80584752c6.jpg

Dimanche aux mandibules pluvieuses démantibulées par le vent

Par grammes ou par tonnes, j'aime la grammaire: le langage y devient insolite -qui n'a pas l'habitude- jusqu'à l'excès. Ce qui m'est amer, ce sont ces étudiants qui ont tenté de jouer des batteries d'exercices dissonants dits grammaticaux , sans jamais réussir à aligner trois notes consécutives. Grinçants et grimaçants, je les récupère.

Dehors le vent, par rafales, malmène : dedans je désarticule, déboîte, disloque les invariables manuels de grammaire. Inventer des passages non dramatiques vers cet art d'écrire et de lire qu'est la grammatiké...

Fantasmagorique, énigmatique et utopique chimère: telle il faudra que demain je l'imagine pour dérider ces visages désabusés. Pour m'en convaincre, je parcours La grammaire de l'imagination de Gianni Rodari. Je tombe sur une phrase liminaire. Que le langage peut-être figé dans ses expressions! Je n'ai pas trébuché sur la phrase, non, j'ai bien plus décollé en prenant comme tremplin ses mots:

" Les contes ont aujourd'hui plus à voir avec la dimension de l'utopie qu'avec celle de la nostalgie du passé. Ils sont les alliés  de l'utopie, passage obligé de l'acceptation passive du monde à la capacité de le critiquer, à l'engagement pour le transformer."

Rodari concevait l'imagination non pas comme une échappée hors du réel mais comme un instrument de fracture des préjugés immuables, des cases bien casées et ce par le biais de l'insolite.

Porter un regard insolite sur le langage, sur les objets, sur le monde.

 

mardi, 16 octobre 2007

RIEN N'EST PLUS LOIN (8)

beab7ba041bb1478d29ead287586f4e2.jpg
 
RIEN N'EST PLUS LOIN

Que le temps de l'INNOCENCE
Que le bout de ses PIEDS (pour une femme enceinte)
Que le BOUT du monde
Que les jours sillonnés par le REGRET égrainé

En fait,
Rien n'est plus loin que l'innocence des pieds au bout du regret
 
Dans l'ordre d'apparition à l'écran: Moucheron, Sophiegda, Wombat, L'Indigotière 
Photo d'Anita
 

                                        

lundi, 15 octobre 2007

RIEN N'EST PLUS PROCHE (7)

f0f8b1ee8bce71f20f06bfb071a7e3fb.jpg
 
RIEN N’EST PLUS PROCHE

Que mon REFLET dans le miroir
Que le plaisir de la VIE
Que la dernière ligne de mon ROMAN
Que la main que tend un SANS-PAPIER de celle d'un politicien occidental dans son hôtel luxueux

En fait,
Rien n’est plus proche que le reflet de la vie dans le roman d’un sans-papier

Par ordre d’apparition à l’écran Pomme, Kipudonktan, Le Crabe,Chris
Photo d'Anita

vendredi, 12 octobre 2007

RIEN N'EST PLUS LOIN (6)

9e5e2d29ce5ef555b7a5339a12cac69d.jpg
 
RIEN N'EST PLUS LOIN
Que le noir d’une  nuit sans LUNE
Que la CLOCHE sonnant la fin de l’école
Que ma ROULOTTE au bout du chemin
Que mon gros ORTEIL du sommet de ma tête

EN FAIT

Rien n’est plus loin que la lune sous la cloche
De la roulotte sans orteil.

Quinte de mots et Douanalala

lundi, 01 octobre 2007

RIEN N'EST PLUS BEAU...

8a62c88902ffd0ae541bf7bbd6817cde.jpg

 ... qu'un jour qui ne se passe pas exactement comme on l'avait projeté sur la toile quotidienne. C'est à midi que l'imprévu s'est improvisé. Elle est arrivée alors que tous avaient déjà vidé la salle de cours. Depuis la première heure, alors que certains encore tentaient de s'extraire des volutes du week-end -jeteurs de gourme du samedi soir, votre regard, ce matin, était éteint- elle avait eu au coin de la pupille cet éclat de malice. Je l'avais remarqué sans m'y attarder. Discrète présence pétillante.

Sauf qu'à midi, j'ai compris que les bulles de malice prenaient leur source dans un album d'Armelle Barnier, déniché dans la librairie caennaise Le cheval-crayon. Je l'ai lu et j'ai tout de suite su que je devais lui ouvrir grand mes cours de l'après-midi.

Pour vous tous qui n'étiez pas en salle 105 aujourd'hui, voici la première page malheureusement sans l'illustration de Vanessa Hié...

RIEN N’EST PLUS BEAU
Que les GOUTTES d’eau qui tombent du parapluie
Qu’un COQUELICOT rouge au milieu d’un pré,
Que le DESSIN que ma maman m’a fait,
Qu’un arc-en-ciel après la PLUIE.

EN FAIT
Rien n’est plus beau que les gouttes
De coquelicot sur le dessin de la pluie.

 

La poésie peut aussi être là dans la rencontre imprévue de mots. La page suivante commence par RIEN N'EST PLUS LOIN et sa collègue de droite par RIEN N'EST PLUS PROCHE...

Vous l'aurez compris, ces deux pages vont se réinventer au hasard des deux vers que vous m'enverrez. L'un commencera par "RIEN N'EST PLUS LOIN que" et l'autre par "RIEN N'EST PLUS PROCHE que".

Les deux sont à envoyer à beaadded@gmail.com avant samedi 6 octobre, 6h06, le cachet de la toile faisant foi.

Belle écriture..

À Annhélène 

mercredi, 29 août 2007

ESPÈCES D'ÉCRITS MERSIENS(7)

Un dernier texte et surtout un grand merci à tous ceux qui sont rentrés dans cet espace d'écrits avec leurs textes ou commentaires.
  
Mirages
 
fc19d42f03c9f8ae6df6a09e131e5ab8.jpg

Un nez bombé qui n'en finit pas de dégouliner de mon front, les yeux dans l'alignement de mes narines, une bouche barbouillée à la va-vite que je te peigne et un cou haut de quelques centimètres. Mon créateur -que n'a-t-il pris le septième jour pour m'observer de plus près- est particulièrement fier du résultat final. A ce niveau-là, j'envie la régularité des briques empilées derrière moi.

Encore tout ceci n'est-il qu'anecdotique au regard du dernier acte. Quand il a dû choisir la couleur destinée à recouvrir mon hétéroclisme, je vous le donne dans le mille, le bord de mer et le criaillement entêtant des mouettes aidant, il a opté pour le bleu. Pas n'importe quel bleu, oh non, un bleu indigo et indigeste parce qu'à chaque coin de rue ici.

Regardez la villa Nuit marine de l'autre côté de la rue, grattez vos yeux sur la balustrade.

78f61341d46b4526686ed9c183ea8ab3.jpg

 

Nuit marine, nuit marine, un soir de pleine lune alors. Le bois est bleu indigo. Quant à la villa qui se trouve dix mètres plus haut, c'est sa façade qui en tient une couche supplémentaire de bleu indigo.

La mer n'y reconnaitrait pas ses petits. D'accord, la mer, je ne l'ai jamais vue. Dans mon dos, elle s'agite encore et encore. Tant qu'à être difforme, j'aurais aimé être affublé d'une deuxième paire de mirettes, plantée derrière la tête. Mais je le sens, je la sens, elle n'est pas bleu indigo. On ne peut pas être une fracasseuse de galets ainsi toute la journée et remettre ça la nuit, sous cette couleur. Non, elle est gris-vert comme les marches de l'autre peinturlurée, en face.

764ff95ff4b4e649ddb7fc55545ea677.jpg

 

D'ailleurs, si vous preniez le temps de la traverser la rue, vous verriez que sur ces marches se sont figés des poissons et des algues, mes acolytes immobiles.

La tenancière des Îles Indigo 

mardi, 28 août 2007

ÉCRITS MERSIENS (6)

Sur ma route poitevine, j'ai ramassé ces plumes de chouettes...

Les trois génies

Il était une fois dans la vallée d'Aure ou plus précisément dans trois villages, Barancoueu, Gouaux et Grézian, trois génies: Boubou, Bobo et Néanmoins. Il y avait aussi un petit garçon, Toufik.  Et ce Toufik voulait être grand comme un escalier et gros comme une grotte. Il alla donc dans Grézian trouver le génie de l'escalier et lui demanda:


 
512734ea111680929e03263dff2f892f.jpg
 
-Boubou!
-Oui...
- Je veux être aussi grand que toi! 
- Oui...
Et Pouf! Il était devenu aussi grand que Boubou. Et d'un pas, il est à Gouaux.  
 
f4cfbec528cecc1c595b13c0c504a057.jpg
 
- Bobo?
- Oui...
- Je veux être aussi gros que toi!
- Oui... 
Et Pouf! Il était devenu aussi gros qu'une grotte. Et Toufik fut heureux. Mais à la rentrée des classes, il ne put pas entrer dans l'école. En trois pas, il arrive à Barancoueu.
 
3ba817361a83a0cefdbb671c11e32275.jpg
- Néanmoins?
- Oui, je sais.
Et Pouf! Toufik fut comme avant, tout content. 
Rachel  
 
L'indien de la toile
 
 Connaissez-vous le célèbre indien du film La violette rouge de Poitiers de Woody A.? Non? Il faudra alors que je vous présente Juliette Choukroun: elle va tous les soirs au cinéma en plein air voir le même film: La violette. C'est son frère Antonio qui lui organise des projections au fond de la forêt. Mais depuis une semaine, elle va le voir tous les jours au ciné zénith, dans une salle obscure. Aujourd'hui il s'est passé quelque chose de bizarre: l'indien est sorti de son film, un arc à la main et seulement vêtu d'une tunique en cuir. Il s'est avancé vers notre Juliette et l'a prise dans ses bras. Elle était tellement émue qu'elle l'a suivi sans un mot.
Une fois dehors, il a cherché du regard un arbre: il en a vu un centenaire sur lequel il a décoché toutes ses flèches. 
f4cfbec528cecc1c595b13c0c504a057.jpg
Juliette Choukroun lui a dit:
- Prenez garde! 
- Y a des cow-boys? 
En se retournant, il a aperçu un totem bleu représentant le dieu des Grandes Peurs! 
 
 
 
3ba817361a83a0cefdbb671c11e32275.jpg
 
 Il a filé à toute allure vers la toile, déjà le générique de fin défilait.
Depuis ce jour-là, Juliette Choukroun  va caresser tous les soirs l'écorce entaillée par les flèches avant d'aller au cinoche.
Ephraïm 
 
 

 
512734ea111680929e03263dff2f892f.jpg
 
Derrière la porte
Sabrina montait les escaliers bleus. Elle se sentait toute patraque. Encore quelques marches et elle aurait à pousser la porte sur laquelle étaient sculptés deux serpents mangeant une souris.

Elle se mit à penser à l’anaconda qu’elle avait dû supporter pendant des mois : Mme Gropet la patronne de l’usine à foulards ! Cette peste l’avait fait travailler nuit et jour pour presque rien. La vie toute seule avec son jeune frère était très dure : ils ne pouvaient même pas s’offrir de livres... Le jour de son renvoi de l’usine, elle fit les petites annonces : laveuse de WC dans un Mac Do, stripteaseuse de maisons de retraite, coiffeuse de baudets du Poitou, et enfin un métier un peu moins loufoque aide libraire !

Arrivée en haut, elle poussa la porte tout en scrutant les alentours et rentra. À l’intérieur, il n’y avait que des livres pour enfants : c’était une nouvelle vie qui commençait pour elle!
(…)

Sabrina n’eut aucun enfant mais ce n’est pas cela qui l’empêcha de vivre une vie heureuse et longue ! 
Hannah
 
 
 
Petite encyclopédie des Vikings
   
f4cfbec528cecc1c595b13c0c504a057.jpg 
 
1. Bois très rare que les Vikings sculptaient pour leurs drakars. 
 
 
3ba817361a83a0cefdbb671c11e32275.jpg
 
 
2. Raphaël, le guetteur qui prévenait les Vikings de l'arrivée des ennemis. 
 Yankel

lundi, 27 août 2007

ESPÈCES D'ÉCRITS MERSIENS(5)

Ours qui se frotte à des écrits mersiens vide sa glande à andouilleries

Proverbe normand d'Ours gris

Il est de mon devoir, moi VÉRITAX, l’enquêteur intergalactique, aidé par mon ami-chien-fidèle YOUKI ,de révéler au Monde la vérité VRAIE au sujet de ces trois clichés. L’œil de l’esthète qui les contemple  n’y voit que beauté, harmonie, et ce dernier, s’il n’est pas vigilant, et PRÉVENU tombera sous le charme  de la  fée Cota Normandica qui hante les lieux où ont été capturées ces images.
Je dois mettre en garde les vacanciers qui fréquentent ces plages normandes. Voici quelques manifestations comportementales dues aux charmes de cette fée, :
Les victimes vont se mettre en quête  et s’installer dans un lieu confortable, avec vue imprenable qu’ils ne regarderont plus  vu qu’ils vont plonger dans un livre, et s’y noyer !!!(Encore de l’ouvrage pour la SNSDPEL ! le contribuable jugera !) Ou alors elles s’étendront sur le sol dans un coin abrité et propice, et après quelques essais, trouveront la position adéquate, relaxante et confortable, et, comme nos chats, elles se laisseront emporter dans un demi-sommeil où les attendront sournoisement des rêveries qui peuvent même être érotiques !  Chez d’autres sujets, l’emprise des charmes pourra  se manifester par un débordement d’énergie et de vitalité : dans ce cas les malheureuses victimes sauteront dans des chaussures de sport et se mettront à courir comme si tous les inspecteurs des impôts étaient à leurs trousses. Je le sais, cette étude mériterait d’être plus exhaustive, mais ce n’est ni le lieu ni l’heure.
ICI l’affaire se complique, deux Forces se combinent et s’unissent en nuisances ! N’oublions pas le détail qui est la clé de voûte de mon enquête ! Notre reportrice SORTAIT du salon du LIVRE JEUNESSE !!!!

C’est le doigt du  Hasard (avec un grand H et des ongles bien coupés) qui a appuyé sur le bouton de déclenchement de cet APN que tenait notre brillante reportrice envoyée par le gouvernement des Îles Indigo à Mers les bains, pour le grand salon du livre jeunesse. C’est une enquête sérieuse et approfondie, qui me permet de vous narrer le déroulement des évènements :
  Éblouie par tant de grands auteurs, conquise par de brillants illustrateurs, enivrée par la musique du grand Claverie, elle sortit en titubant de ce salon. Et c’est ALORS mes dames, mes demoiselles et  mes sieurs qu’elle faillit percuter une belle rampe d’escalier bleue -CLIC- 

0b2a141d02e1929ff96332e31388ac13.jpg

 

la chute paraissait inévitable, le sol allait heurter son beau visage –CLIC-

493765a59a59bf32e1f1246c83d9d692.jpg

 

mais elle réussit grâce à son excellente forme physique  à retrouver son équilibre, fit trois embardées sur la droite –CLIC- et photographia la pomme en bout de la rampe de l’escalier bleu.

6862fb7247836820fd14a4263c15ebbe.jpg


 Mesdames, demoiselles, et sieurs voici la pure vérité nue sortant du robinet, OUI je l’affirme, ces clichés (somptueux au demeurant !) ne sont que l’œuvre du Hasard,  aidée par les puissants maléfices de cette fée Normande et surtout ceux qui se dégageaient de ce salon. Voyez les dangers qui guettent nos jeunes têtes qui osent se pencher sur cette littérature diabolique ! Il était de mon devoir de communiquer ces faits, aux lecteurs des billets de ce blog.
Et maintenant avec mon fidèle chien Youki, je m’en vais de par le vaste monde, traquer la vérité, déjouer des complots, démasquer les impostures et enquêter sur d’autres mystères…
En route vers de nouvelles aventures !

Signé VÉRITAX de l’agence du même nom
YOUKI : « Et moi je pue d’la gueule ? »

dimanche, 26 août 2007

ESPÈCES D'ÉCRITS MERSIENS(4)

Grâce au vol vigilant d'un moucheron averti, la bannière a été retrouvée près de Terre-Neuve. Le coup de vent a encore laissé le long des côtes deux grandes traînées bleuâtres qui ne sauraient tarder à se dissiper.

 
Quand de jeunes plumes de mouettes se posent sur des photos mersiennes...

2e69c59efac04f0eb04d6099ae4aca39.jpg

Un jour, il y a eu une tempête. La mer s’est jetée sur les galets, elle les a poussés. Les galets ont cassé les escaliers, les toits, les maisons, les immeubles, les restaurants.
La tempête s’est arrêtée, une pluie fine s’est mise à tomber. Un bel arc en ciel s’est dessiné dans le ciel. C’était un arc en ciel magique. Il a remis tout en ordre afin que la ville retrouve ses couleurs, ses maisons, ses immeubles, ses restaurants et son escalier bleu.

f9b8f73f98e2c988686349761dc68aa3.jpg

 

 

 

 

 

  Fanny  

 
 
  
Minuit vingt, l'heure du crime


Dans cette maison vivait  une petite fille et un petit garçon qui s'appelaient Clarisse et Tom. Joé était leur père et Marie-Lou leur mère. Joé rentrait du travail, très tard le soir, il quittait enfin son pire ennemi. Dans la rue sombre Joé semblait pourtant avoir peur. Il commença à grimper les marches l'amenant chez lui.

8fa6ed9d90edbbde994497d241efd10b.jpg


A ce moment là, Marie-Lou entendit un coup de feu. Elle courut vite dehors pour appeler Joé, mais il ne répondait pas. Elle alluma une lumière et vit un homme portant une cagoule noire. Elle aperçut son mari, au pied de l'escalier, avachi au sol, le sang dégoulinait sur le trottoir, Marie-Lou hurla.
L'homme en s'échappant laissa tomber son pistolet, percuta un poteau bleu en fer et tomba au sol.

3790e0b05909f06e41a3429796045a19.jpg

 

Il s'était assommé. Marie Lou prit une corde, l'attacha, et lui mit un bout de Scotch sur ses lèvres.
Elle l'enferma dans un placard et appela la police.

f8f3327d91fcee2e3396248e1f348f86.jpgSplatch fit la crotte en tombant et crac fit le clap.

 

 

 

 

 

 

 

 - Troisième prise ratée !
- On en refait une !
- C'est pas possible, maudit oiseau qui vient de faire sur mon acteur. Ok, on est  à la mer mais quand même!, dit le producteur

Manon 

 

Comment résister au plaisir de vous renvoyer à un précédent billet après ce texte!

samedi, 25 août 2007

ESPÈCES D'ÉCRITS MERSIENS(3)

Un vent de force 7, soufflant nord / nord-est, s'est abattu sur LES ÎLES INDIGO emportant avec lui la bannière. Les photos, heureusement, ont su mettre en place un processus de rétractilité.

 

Quand les écrits mersiens deviennent des écrits marsiens...

0afe08600c505a0e731c2dfd98e0eec3.jpg

J’étais là, cachée derrière la balustrade bleue de ma maison. La petite Provence, c’est ainsi que je l’avais nommée, non qu’elle soit bercée par la chaleur du climat, ici il pleut trop, beaucoup trop pour se croire en Provence, mais la baptiser par ce nom c’était une manière de l’emplir de soleil, de permettre à chacun de mes visiteurs de s’y sentir bien.
J’étais donc là, cachée derrière la balustrade bleue de ma maison

Tout avait commencé la veille au soir, j’avais lu un article sur la planète Bluestong, nouvelle planète qu’un astronaute avait découverte un soir de printemps.

a202aeda8b75b02fbc342eca32bb9677.jpg


Les photos nous montraient une de ses particularités, l’eau y était grise, il y avait  de nombreux lacs et ravines, mais elle m’étonnait, chacun pouvait en effet y voir des choses bien différentes, pour les uns il pouvait s’agir d’un mur, pour les autres cela  ressemblait à une souche d’arbre. L’article m’apprenait que la planète bluestong  était habitée par de surprenants personnages qui possédaient des véhicules bien particuliers.

e24b228ad716db38cb85cb26affd1da2.jpg

 

Ils étaient en fer, percé de deux  trous et d’un bleu à en faire pâlir les bretons. Lorsque le désir de s’évader les prenaient, ils entraient à l’intérieur d’un strong, c’est ainsi qu’ils appelaient leur véhicule, et ils partaient là où leur coeur les entraînaient. Ils  posaient leur véhicule sur le bord de nos routes, et nous, pauvres terriens,  qui avions toujours cru qu’il s’agissait d’un simple piquet ! Nenni, c’était un repère de bluestongiens ,cet engin bleu qui courait le long des trottoirs.

J’étais là, cachée derrière la balustrade bleue de ma maison, je rêvais de voir apparaître un bluestongien. Alors armée de mon APN, je patientais. C’est à la tombée de la nuit qu’enfin j’en vis apparaître un. Quel bonheur ! Je saisis mon APN et je me mis en devoir de le prendre sur toutes les coutures, quel formidable article j’allais pouvoir écrire, pour sûr, il ferait la une des journaux, j’imaginais déjà le titre: "Nouveaux envahisseurs : Les bluestongiens arrivent" De retour dans mon âtre, je transférais promptement mes photos sur l’ordinateur. Rien, c’est bien cela, il n’y avait rien sur mes photos. Juste une pâle lumière qui provenait de je ne sais où.

Moucheron 

vendredi, 24 août 2007

ESPÈCES D'ÉCRITS MERSIENS(2)

Ecrits mersiens au pied de la lettre de Micheline...

Chère Eléonore,

Tu ne devineras jamais d’où je t’écris !
Eh oui, je suis à M…-les-Bains, mais pour la journée seulement .
Tu te souviens des L*** qui occupaient la villa tout au bout de l’Esplanade ? Je suis toujours resté en contact avec Henri et sa femme Martine. Ils séjournent en ce moment au Tréport et m’ont invité à passer quelques jours avec eux. Tu sais bien que dès qu’on me propose d’aller respirer l’air marin, je ne peux résister…
Il fait un temps superbe aujourd’hui, ils m’ont emmené à M…C’est incroyable comme cette petit ville a changé ! Elle a embelli, s’est parée de couleurs vives qui font ressortir cette architecture un peu désuète que j’aime tant.
Les bow-windows (je sais, c’est un mot anglais, mais je ne trouve pas l’équivalent en français), les balcons de bois ouvragés ont retrouvé leur fraîcheur. La maison où tu venais passer le mois d’août avec tes parents a été repeinte en vert d’eau. (Je t’entends ricaner, vert d’eau, c’est normal à la mer).
J’ai retrouvé la maison aux escaliers sous lesquels je me réfugiais quand il faisait trop chaud sur la plage ou trop de vent. Elle est peinte en bleu, bleu ciel ? bleu azur ?. Comme je ne sais pas te décrire ce bleu, j’ai demandé à Thomas (c’est le petit-fils d’Henri, il passe ses vacances avec ses grands-parents, il traîne toute la journée avec des écouteurs dans les oreilles, mais il possède un petit appareil photo), je lui ai demandé donc de photographier l’escalier. Il m’a regardé d’un air bizarre, surtout quand je lui ai demandé d’en faire une seconde un peu plus loin!

855896ae43c3f456c63c96328ad0cf31.jpg

 

Tu te rappelles, j’allais me cacher là avec un livre, et puis un après-midi, tu es venue t’asseoir près de moi. Ah ! ce goût de sel sur tes lèvres…
La deuxième photo, elle, ne te dira rien. C’est le creux de mur où je me suis caché pour pleurer quand, à la fin de cet été-là, tu m’as annoncé que tes parents loueraient une villa à la Costa Brava l’année suivante.
ac6889ec12e21035229a36b8979e6648.jpg



Je te laisse, je reprendrai ma lettre ce soir. On m’appelle pour faire une promenade , c’est marée basse….
Chaque fois que je me promène sur une plage je pense toujours à ce refrain :
Et la mer efface sur le sable les pas des amants désunis…

Pierre

jeudi, 23 août 2007

ESPÈCES D'ÉCRITS MERSIENS (1)

 

Il y avait mes photos, elles attendaient vos textes. Les rencontres eurent lieu, jamais les mêmes, effleurement prolongé ou fracas tonitruant. Vous ne saviez si c'était du minéral ou du végétal, la caresse de votre imagination aura choisi. Je vous ai laissé faire, je vous ai regardés.

Recette

Prenez un toit de vieilles tuiles
Un peu avant midi.

Placez tout à côté
Un tilleul déjà grand
Remué par le vent.

Mettez au-dessus d'eux
Un ciel bleu, lavé
Par des nuages blancs.

Laissez-les faire.
Regardez-les.

Guillevic, Avec

Je veux prolonger la rencontre aussi longtemps que met le loukoum à la rose pour fondre dans la bouche. Aussi chaque jour, je posterai un toit de vieilles tuiles frôlé par un tilleul.

Voici donc le premier:

Rouille
0da53678652ef6644d7b5ac4d176992a.jpg
Dans sa tête, y avait comme des échafaudages. Une sorte de labyrinthe ascendant. On aurait dit des escaliers. Sa nuit, c'était une course de fond. Un véritable contre-la-montre pour y trouver l'issue. Et de l'air, surtout.
Pas étonnant qu'au matin, ses forces semblaient l'avoir abandonné. Déjà. Avant même qu'il n'ait ouvert les yeux.
...
a56f7be5f910684471277efd03decea0.jpg

Dans sa tête, la rouille avait pris le relais, à présent. A chaque respir', elle accroissait son avance sur le vieil homme. Depuis un moment, il la sentait. Là, tout près. Au début, il avait senti son souffle, froid, dans son dos. Juste cela. Ensuite il avait perçu le tap-tap-tap de ses pas qui foulaient le sol en un sprint effrené, chaudement dépensé. Ainsi, avant même qu'il n'ait pu jeter un oeil derrière son épaule, il la vit qui franchissait son champ de vision, le doublait. Sans qu'il n'y puisse plus rien. Plus que quelques foulées seulement, et ça y était. La victoire était inéluctable. SA victoire. A ELLE.
...
873641112054099d9e0e212f7b020484.jpg

Dans sa tête, y avait comme des échafaudages. Une sorte de charpente effondrée. On aurait dit des ruines. Sa nuit c'était une détente. Un véritable délassement que plus rien ne pourrait troubler. Un soulagement, surtout.
Pas étonnant qu'au matin, ses douleurs semblaient l'avoir abandonné. Enfin. Avant même qu'il n'ait pu refermer les yeux.

sophiegda

samedi, 18 août 2007

MERS-LES-BAINS, SAMEDI 11 AOÛT

A Mers-les-bains, il existe une solution plus douce que de battre ses mains l'une contre l'autre sur un blues de Claverie pour les bercer. Il est possible de glisser dans sa poche un APN et un stylo, de quitter la canicule du jour pour l'atelier écrits d'images animé par Philippe Lacoche, côté écrits et Fred Boucher, côté images.

L'idée de départ: aller prendre des photos dans la ville, en sélectionner la substantifique moelle au retour et se lancer dans l'écriture d'un texte qui entretiendra avec les photos le rapport qui lui chantera.

Retour donc dans la canicule. La tentation est grande de tourner à gauche vers la plage et j'y cède. Mais sur les galets qui vous rentrent dans les côtes et rendent la marche pieds-nus impossible, beaucoup trop de monde cet après-midi là. Le désert de la veille -cause: temps fort peu propice de là à dire mauvais...- m'avait fait dégainer mon APN à un rythme nettement supérieur à celui du blues.

Je décide alors de rejoindre les entrailles mersiennes: là une tour d'usine s'élance vers le ciel et crache une fumée épaisse et lourde en continu: cela fait à la ville une mèche inquiétante. En rentrant, je vide consciencieusement ma tête de tout récit potentiel. Je n'accepte d'y penser qu'une fois les photos choisies.

 

Voici les trois photos gardées au final. Je vous propose d'inaugurer ce nouvel espace de mon blog "espace d'écrits" en écrivant un texte d'une trentaine de lignes maximum, de forme libre à partir des dites photos. Elles sont dans l'ordre dans lequel je les ai prises, vous pouvez en imaginer un autre.

Les textes sont à envoyer à beaadded@gmail.com avant le mercredi 22 août, 22h22, le cachet de la toile faisant foi.
(Merci à la vigilance d'Ours gris qui ne se laisse pas duper par le temps qui passe!)

e01acc8a671f98200d9d2df5a511a2a7.jpg


38b1038acc51f0ceb722049a0a62fe85.jpg

53144ca9553f2f06e18c5992ed211ba1.jpg