Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 août 2016

Ailes et elles

cul de bouteille.jpg

Siena, août 2016

Les jours se sont soudain accélérés. Ma fille est revenue de l'Océan. Mon fils de Tel Aviv. Ce sont autant de signes qui annoncent la presque fin de l'été. Déjà la rentrée chargée de lourdes réformes se profile et je renâcle à lui ouvrir la porte. Je le ferai quand je lui aurai trouvé une juste place. Aujourd'hui, je me dis que je ne vais peut-être pas avoir le temps de continuer à passer sur mes îles chaque jour et pourtant je n'imagine pas que mes jours puissent s'enchaîner sans ce détour quotidien.

ailes.jpg

Siena, août 2016

Intranquillité que j'apaise à tire d'ailes avec l'impassibilité de cet ange qui surplombe le fourmillement humain,
et ces visages d'elles.

pili 01.jpg

© Pili Vazquez, Figures d'albâtre
Volterra, août 2016

pili 02.jpg

© Pili Vazquez, Envol de la pensée
Siena, août 2016

 

15:49 Publié dans BAL(L)ADE | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : toscane, siena, aile, elle |  Facebook |

Commentaires

Moi aussi j'ai du mal à imaginer reprendre les rythmes d'hiver. L'été cette année a été quasi exclusivement consacré à l'accueil des amis et des enfants et moi en position stationnaire, pour changer un peu!

Écrit par : Zoë Lucider | dimanche, 28 août 2016

Répondre à ce commentaire

C'est bien aussi de rester verticale pour accueillir les siens.
Merci pour ton passage sur mes îles.

Écrit par : la bacchante | dimanche, 28 août 2016

Écrire un commentaire