Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 avril 2017

Faire le poirier

poirier.jpg

Mesurer la croissance de mon cerisier sur une année est si simple. Attraper comme repère le câble électrique au-dessus de lui. L'espace de l'un à l'autre de moins en moins vide.

Mais prendre la démesure de ton poirier ! Suivre du regard la courbe de son tronc, se perdre dans ses ramifications, poursuivre dans un labyrinthe de murmures, de souffles, sens dessus dessous, découvrir ici la douceur nouvelle d'un pli et d'un repli, là une complicité qui n'y était pas l'année dernière, pas encore, m'en emplir comme les feuilles tout là-haut réchauffent leur lignes de chance, lignes de vie à la lumière.

10:38 Publié dans BAL(L)ADE | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : poirier, cerisier |  Facebook |

Commentaires

Jai pas trouvé la métaphore pour parler de tes enfants....

Écrit par : Ta fille | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Par chez nous, les poiriers sont souvent vrillés au niveau du tronc, comme s'ils se préparaient à s'envoler...

Rebond possible : "Un poirier m'a dit..." (Michèle Bernard)

Écrit par : Topa | dimanche, 16 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire