Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 janvier 2018

L'invention des corps, Pierre Ducrozet

004831373.jpg

Dimanche dernier, je me projetais tranquillement sur ma rentrée et envisageais de souhaiter à mes élèves de connaître la morsure d'un livre...
Je ne savais pas encore que le soir-même, c'est moi qui allais me retrouver mordue, soufflée comme une fenêtre par la tempête, estomaquée comme après un uppercut. Mes résolutions de refermer la journée tôt ont disparu dès le premier chapitre. J'ai lu loin dans la nuit. Le lendemain à la pause-clope, je n'avais que L'invention des corps à la bouche. Le mardi soir, pour la réunion Terres Parallèles, j'ai tout mis en oeuvre pour que mon enthousiasme soit contagieux. Toute la semaine, j'ai voulu l'accélération des jours pour reprendre de retour chez moi, oublieuse du tas de copies à corriger, la lecture de cet incroyable récit en rhizome qui se joue de la chronologie dans un monde en réseau, d'Iguala à la Silicone Valley, qui invente des univers sous la peau ou dans les câbles, qui place Bonnie and Clyde face à Frankenstein, qui fait renaître le désir dans le corps massacré puis augmenté d'Alvaro.
Jeudi matin, j'ai tourné la dernière page avec le premier café. Le ciel était gris et les contours de mon jardin estompés par une brume tenace. J'ai décidé de refaire les joints de ma salle de bain. En arrachant le silicone jauni, c'est encore à L'invention des corps que je pensais. Sur ma baignoire, j'ai posé mon ordi et ai écouté Pierre Ducrozet se demander : où en est-on dans nos corps en 2017 ?

Commentaires

Je l'avais repéré en septembre, puis je ne sais pas pourquoi, je me suis dit que je n'allais peut-être pas être à la hauteur de ce roman. Je vais y réfléchir à nouveau.

Écrit par : Valérie | dimanche, 14 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Cours le lire !

Écrit par : la bacchante | dimanche, 14 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je vais suivre ton conseil, au moins le tenter. Tu me le prêteras.
J'ai pensé à toi aujourd'hui. Dans le livre que je lis, le personnage lit Le deuxième sexe et ça change toute sa vie.

Écrit par : Valérie | mercredi, 17 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire