Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 août 2013

Eucalyptique.

paul celan.jpg

Paul Celan.
Jusqu'à cet été, je n'avais rien lu de lui. Occulté. Ignorant même que c'était un survivant des décombres de la Shoah; arbre écorcé; ignorant même comment prononcer son nom. Celan. Célan.
Paupière décillée avec Leçons de solfège et de piano de Pascal Quignard.

"Celan celant.
Paul Celan est un poète qui se voulut hermétique en raison d'un séisme apocalyptique. Trois voiles épais, telles étaient les tentures prophétiques qui entouraient le tabernacle et le soustrayaient à la vue des fidèles. Paul Antschel sous le voile de Paul Aurel puis sous le voile de Paul Ancel puis sous le voile de Paul Celan. Paul Celan conçut son ultime pseudonyme à cette fin. Celan est celui qui écrit: "La bouteille qui est jetée à la mer contenant quelque chose qui a été écrit à l'encre sur un morceau de papier doit  nécessairement être hermétiquement bouchée." Elle flotte ainsi: parce qu'elle est célée. Ni l'eau externe ni les larmes ne la délavent. Ce scel est une part du poème. C'est ainsi que le poème prouve que la langue, dans son fond, appelle.
Une invocabilité erre en amont des langues naturelles, beaucoup plus profonde que leur sens."

Réapparu dans 7 femmes de Lydie Salvayre à côté d'Ingeborg Bachman: "fille d'un homme qui s'est résolument rangé du côté de Hitler, elle aime un poète juif qui a échappé aux camps d'extermination où ses deux parents moururent."

"En janvier 1948, elle rencontre Paul Celan. (...)
Il a vingt-sept ans, elle en a vingt et un.
Il écrit pour elle le poème "Corona" qui sera publié dans sa version définitive en 1952, dans le recueil Pavot et mémoire:
nous nous regardons,
nous nous disons l'obscur,
nous nous aimons comme pavot et mémoire,
nous
dormons comme un vin dans les coquillages,

comme la mer dans le rai sanglant de la lune.
Leur lien, qui restera jusqu'à la fin nécessaire à leur vie, à leur oeuvre, viendra buter sur mille impasses et mille incompréhensions. Mais ni leur fardeau de silence, ni les secrets ensevelis dans le fond de leur coeur, ni les questions imprononcées dont ils traquent les réponses sur la bouche de l'autre, ni le poids terrible dans leur vie des mécomptes de l'Histoire, n'auront raison de leur obscur amour."

La semaine dernière, j'ai renouvelé mon abonnement Médiapart. Un article venait d'être mis en ligne. A travers le miroir brisé de l'après-guerre allemand: Paul Celan. Je l'ai lu, étonnée de le trouver même là. Des mots universitaires qui n'osent effleurer le poète. Compte-rendu d'un livre qui vient de paraître. Ai eu envie de relire les mots, ceux de Quignard, ceux de Salvayre. Ai entrouvert aussi Renverse du souffle.

Engholztag unter
netznervigem Himmelblatt. Durch
grosszellige Leerstunden klettert, im Regen,
der schwarzblaue, der
Gedankenkäfer.

Tierblütige Worte
drängen sich seine Fühler.

Jour d'aubier sous
une feuille nervurée. Par
des heures vides à grandes cellules grimpe, sous la pluie,
beau-noir, le
scarabée de pensée.

Des mots à sang animal
se poussent devant ses antennes.

mercredi, 07 août 2013

Bal(l)ade

1.jpg

Il est des signes que je ne connais que trop. Il suffit de me remettre sur des chemins de randonnées -d'autant plus après une période d'autoroutisme- pour qu'ils apparaissent. Ce matin, ça n'a pas manqué: le fourmillement dans les pieds qui remonte jusqu'au sommet de la tête, les injonctions de mon cerveau qui me tirent sans ménagement de ce qui aurait dû être un pénultième rêve. J'ai cédé à l'impatience collective, ai ouvert un oeil et ai scruté le velux à la recherche d'un premier éclat de jour qui forcerait le réverbère à s'éteindre. Vous ne vous seriez pas un peu plantés? Il fait encore nuit noire. En même temps, j'espère moi-aussi que c'est déjà l'heure -la dernière de la nuit- celle d'aller faire couler un café, de griller des tranches de pain, de les recouvrir de purée d'amande, de remettre les semelles dans les chaussures puis d'aller réveiller M. Au programme du jour, Saoû-Roche Colombe, en passant par la Poupoune et le pas de l'Echelette.
Hier, c'était Piegros la Clastre - la chapelle St Médard, en passant par le pas du Faucon. Là-haut, la Drôme s'offrait à 360°. J'avais tenté de photographier la niche de St Médard pendant que M. élevait un cairn en signe de notre passage. Nous avions eu chaud lors de la montée et la cymbalisation incessante des cigales avait agacé ma descente.

2.jpg

Après tout, ce pouvait être une bonne idée de partir encore plus tôt, aujourd'hui. J'ai fait confiance à mon instinct et ai descendu les marches de pierre. La pendule de la cuisine indiquait 5h15. Nous partirions donc avec le lever du jour, déjouant ainsi les plus chaudes heures. Comblée, je suis même allée voir ce que la météo concoctait comme record de canicule. La journée était estampillée "alerte orange" avec sa cohorte d'orages et d'averses qui annulait toute possibilité de randonnée.
Moi et ma tasse de café, nous nous sommes demandées comment employer ce temps libéré. Elle ne m'a pas proposé d'aller me recoucher, je lui ai suggéré de finir la lecture de 7 femmes -marcher et lire sont deux des cinq plus grands plaisirs de ma vie: Emily Brontë, Virginia Woolf et Ingeborg Bachmann. Trois autres vies sans concession et un usage salvayrien de la parenthèse qui me réconcilierait presque avec ce caractère typographique auquel je préfère le double tiret: elle y précède son récit, s'excuse bientôt pour la digression.
A 7h30, la dernière page de 7 femmes tournée, j'étais dans une nouvelle impatience: l'ouverture de la librairie de Crest. Il me fallait poursuivre au plus vite ma lecture par un roman de Lydie Salvayre ou de l'une des 7. C'était une bibliothèque entière qui venait de s'ouvrir à moi et août n'avait déjà plus assez de jours pour la parcourir.

3.jpg

A 9h30, j'ai franchi le seuil de La Balançoire tout en me demandant si son enseigne répondait à quelque désir poétique ou économique. Côté littérature jeunesse, c'était l'heure de l'éveil musical: trois loupiots assis à même le sol cymbalisaient sous le regard attendri de leurs parents. Le tympan à nouveau malmené, j'ai sorti des rayons Hymne de Lydie Salvayre et Orlando de Virginia Woolf. Je n'ai rien trouvé d'Ingeborg Bachman; j'ai évité la frustration malgré tout avec un recueil de Paul Celan, Renverse du souffle.
L'alerte orange peut maintenant prendre son temps...

samedi, 03 août 2013

Galvanisée

gal4.jpg

Quand je descends chez mon frangin à Lyon, j'ai toujours l'espérance que cette fois-ci on aura le temps de, qu'il aura laissé un espace pour. Aller visiter le site gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal. A chaque fois, c'est le même scenario recommencé: le temps file, l'espace se remplit sans qu'on fasse le détour. De là à le soupçonner de tout mettre en oeuvre pour ne pas y aller, il y a un pas que je franchis allègrement.
Du coup, hier matin, nous avons quitté la Biquetterie à une heure où le soleil n'était pas assez perspicace pour éclairer le premier essai d'enduit effectué la veille sur la façade; nous avons laissé Zic et sa portée comme uniques gardiens du lieu et avons filé. A10 -se réjouir d'avancer sur un périphérique parisien fluide alors que la Pythie futée avait classé la journée orange- A7 -passer devant Lyon sans s'arrêter, nous y reviendrions le soir- A6 -goulot d'étranglement, 5km de bouchons, s'échapper par les départementales. A 15h, nous y étions. Le mistral soufflait sur la canicule, l'attisait et le Rhône chaotait entre ses deux rives. Même si nous n'avions pas eu ce projet, nous aurions trouvé refuge dans le musée antique.

Gal.jpg

L'antique climatisé y dialoguait avec des objets de notre quotidien. Biennale internationale design St Etienne 2013 oblige. Des rapprochements qui appellent l'interrogation: dans deux millénaires, mon Mac, à côté de quoi se retrouvera-t-il?

gal 2.jpg

à suivre par manque de temps: mon frangin a prévu un programme bien chargé pour ce jour. Pourtant, le risque que je lui propose d'aller à St-Romain-en-Gal n'est plus...

jeudi, 01 août 2013

Autoroutisme

elec1.jpg

Retour de Poitiers par l'A10 puis l'A28. Montée de la façade ouest. Après Tours, la circulation devient fluide, mes pensées un peu moins. Champ de blé divisé. Ca file droit sans anicroche. On regrette de n'avoir pas eu le courage d'emprunter le réseau des départementales. Le regard cherche malgré tout l'accroche d'un détail dans le paysage uniforme. Sur l'asphalte, des traces noires dessinent un rythme sinusal. On se dit que l'électrocardiogramme sur la bande d'arrêt d'urgence est celui d'un type mort. Se concentrer sur les deux voies. Faire abstraction de la marge.
Demain, descente de la façade est, par l'A6. Lyon puis Crest...

elec2.jpg

mercredi, 24 juillet 2013

Y a-t-il une vie avant la mort?

île de la désolation.jpg

Je m'échappe pour quelques jours pictaviens. Je ne peux me résoudre à suspendre un écriteau "en vacances" qui donnerait à ce lieu un air de désolation en plus des herbes grillées par la chaleur. Je dépose sur mes rivages quelque "barroco", à la fois roche granitique et pierre irrégulière, un article du Philosophie Magazine, la rencontre de deux hommes qui, l'un et l'autre, nourrissent mon corps et mes esprits, Pierre Rabbhi et Michel Onfray. Jubilatoire!

pmfr71rabhi-onfraydiana-bagnoli2.jpg



mardi, 23 juillet 2013

Place de l'abbé Herluin

bec hellouin.jpg

La façade était propre à charmer l'oeil du touriste à la recherche d'espaces figés: suspensions de fleurs en coton et balustre en hallebardes pour tenir loin le bec du volatile qui se méprendrait.

09:00 Publié dans BAL(L)ADE | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bec hellouin |  Facebook |

dimanche, 12 mai 2013

Incertitude

P1080743.jpg

Contraint de voir la vie en rose, le réverbère, à l'heure du crépuscule, réussira-t-il à broyer du noir en quelque rêve amer?

vendredi, 19 avril 2013

De bruit et de silence

P1080630.jpg

Ce matin, la caresse solaire a salué un symposium de la canopée. Les narcissi pseudonarcissi, eux, somnolaient encore dans la torpeur de leur parfum.

P1080613.jpg

jeudi, 18 avril 2013

Se mouiller

1.jpg

Durcet, 13 avril
Ce jour-là, un panneau n'a pas suffi à faire le printemps. Le bitume imbibé continuait sa folle histoire avec les nuages, rivalité de teinte.

2.jpg

Encapuchonnés, godassés, nous avons été quelques courageux à affronter le chemin des poètes de stèle en stèle. Les poètes auraient dû lire leur texte, étape après étape. Ils ont préféré ne pas se mouiller ou alors juste du bout du pied...

4.jpg

5.jpg

6.jpg

P.S.: Tenancier de Biloba, si tu passes par là...
1. Il me faudrait indiquer sous les deux dernières photos, le nom des poètes.
2. Aurais-tu une photo de la stèle portant le poème Mathématique?

lundi, 11 mars 2013

Aujourd'hui blanc.

P1080374.jpg
Rome, le 4 mars

347/366
Le vent des Açores
a rencontré ce matin
un vent scandinave.

- La biquetterie est recouverte de "blanc"...
- Mets tes hauts et tes bas
et file bosser!

jeudi, 28 février 2013

Aujourd'hui froid.

P1070507.jpg

335/366
Le vent de l'est* souffle,
L'araignée a déserté
Ses fils éphémères.

* : personne ne semble avoir pensé à nommer les vents normands. Si j'avais vécu dans les Cévennes, mon vent de l'est se serait appelé agueil ou aiguolas. Quant à Homère, il l'aurait appelé Euros.

lundi, 14 janvier 2013

Aujourd'hui transparences.

4.jpg

289/390
La vitre effacée
dédouble le monde-
effare le soleil.

vendredi, 04 janvier 2013

Aujourd'hui le plus petit des petits riens.

DSC00395.jpg
Photo de Moucheron

279/366
Les lacets de mer
de vides en liés -
signent l'infini.

lundi, 17 décembre 2012

Aujourd'hui un pli.

4.jpg

261/366
L'ombre se déplie.
Atteindra-t-elle le saule
Avant la nuit?

lundi, 10 décembre 2012

Aujourd'hui de l'eau.

 

DSC00493.jpg
Photo de Moucheron


254/366
Hier matin, à l'heure où le regard ne voit pas encore clairement ce que le pied fait, je suis partie courir. J'aime par dessus tout cette heure où le monde et les colères somnolent encore. Parvenue en haut des côteaux, j'ai contemplé la lune qui renâclait à laisser sa place. Elle voulait encore un matin se mesurer à celui qui déjà embrasait la vallée avec une douce insolence. Quelques mésanges, sur leur branche gelée, se marraient  de cette lutte toujours recommencée. La Seine s'est immobilisée, comme tous les matins, pour accueillir le dernier reflet de l'une et le premier rayon de l'autre. Dans mon I-machin, c'était un air marin qui se jouait de mes écoutilles: François Busnel, dans Le grand entretien, recevait Michel Butor pour Le long de la plage, recueil à quatre mains avec le pianiste Marc Copland.
Je n'ai pas trouvé trace du poème sur la toile. Je le retranscris ici, en espérant ne pas avoir trop malmené le vers. Vous pouvez aussi l'écouter ici, il se niche entre la 16ème et la 17ème minute.

Air marin

La vague dit à la vague
Recouvre-moi
Je m’assèche
Je ne trouve plus mes algues

Je ne racle que gravier
Encore une autre après toi
Je retrouve ma vigueur
Et m’enfonce en l’océan

L’épave dit à l’épave
Unissons nos abandons
Dans tes bols de porcelaine
Je verserai mon porto
Et l’ivresse des poissons
Communiquera nos plaintes
Aux ermites des récifs

 

vendredi, 30 novembre 2012

Aujourd'hui le prix à payer.

P1070883.jpg

Exposition Ernest Pignon-Ernest à Pont l'Evêque

244/366
Déconcertante exposition à Pont l'Evêque, en ce moment: Ernest Pignon-Ernest - le passant des marches du sacré-coeur, des rues de Naples, des no man's land gardant les chekpoints israëliens, des façades éventrées d'immeubles, des marchés de Soweto - immobilisé entre les quatre murs d'un musée. Et avec lui, le poète aux semelles de vent.


"Cher Monsieur
Votre lettre m'a surpris: qu'attendiez-vous en partant? À moins de rester au loin, nul moyen d'éviter cette amertume du retour. La souffrance est toujours le prix à payer lorsque l'on cherche l'inconnu -et plus encore lorsque l'on se veut «Damné». Mais dites-vous qu'au moins, vous avez vu! Bien à vous."
Rimbaud

samedi, 26 mai 2012

Aujourd'hui, une pensée sauvage.

poly.jpg
François Place, Le secret d'orbae

55/366
Je suis partie dans la nuit pour St Malo. Chaque année, c’est un rituel. Le week-end de la pentecôte rime avec le festival Etonnants Voyageurs.
Le thème, cette année : images du monde qui vient. Trois jours pour interroger notre appartenance au monde, au-delà des frontières et des murs. Trois jours pour se perdre sur des terrae incognitae. Là-bas, je suivrai des sémaphores, François Place – à qui je dois le nom et la bannière de mon blog- et
Paolo Rumiz, dont la marche rythme l’écriture, à moins que ce ne soit le contraire…

 

samedi, 10 mars 2012

AH LES BEAUX JOURS!

1.jpg
Mon dernier billet
était-il prémonitoire de ma propre disparition des îles indigo? Coupée du désir d'écrire. Mots absents pour retranscrire des jours dont j'aurais voulu garder traces et cartes. Exilée, donc, j'ai lu L'ignorance de Kundera, ai vu les séries-graphies d'Ernets Pignon-Ernest sur le mur de Gaza, hommage à Mahmoud Darwich.

3.jpg


Ai vécu la guerre de cent ans pendant une dizaine d'heure dans un théâtre à l'italienne à Cherbourg, Henry VI par la Piccola Familia. Suis devenue figurante l'espace d'une soirée pour cette même troupe.
Quand ont sonné les trentes ans de la disparition de Perec, j'ai cherché des destinations en "a" pour abolir le silence: cela aurait pu être Valparaiso ou Casablanca, cela fut les Calanques de Marseille à Cassis. Le pied a retrouvé la terre, le clavier retrouvera sans doute ses lettres...

piccola familia, henry VV, perec, les calanques

mardi, 08 novembre 2011

DEROUTE (2)

bb.jpg

"Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à cotoyer, à combattre, et qui, paradoxalement, est peut-être notre moteur le plus sûr."
L'usage du monde, Nicolas Bouvier

Il a donc fallu quitter le GR pour de bon et se laisser dérouter, retour à la Biquetterie. Je n'aime pas ces jours qui suivent une longue randonnée: le corps est étonné de son immobilité, le regard tente de s'accrocher au paysage familier sans trouver d'aspérité et la main est orpheline de carte IGN. Sont-ce là les symptômes de "l'insuffisance centrale de l'âme"?
Je retrouve au pied de mon lit une pile de romans lus ces dernières semaines. Tous parlent de femmes en marche.
Le prix Médicis étranger: Une femme fuyant l'annonce de l'Israélien David Grossman et Ora qui, à coup de routes parcourues qui toujours l'éloignent plus de sa porte,  pense pouvoir échapper au fatum, au destin qui lui annoncerait la mort de son fils parti pour une opération militaire au Liban. Ne surtout pas être là lorsque des messagers viendront frapper. Une fuite qui pourrait avoir la force d'une conjuration.
Des solidarités mystérieuses de Pascal Quignard et Claire, Marie-Claire ou Chara -c'est selon- qui foule la lande de terre bretonne jusqu'à l'usure, écorchement de corps sur granit pour un amour puis son souvenir.
Le prix Goncourt des lycéens: Du domaine des murmures de Carole Martinez et Esclarmonde qui choisit de vivre en déroute, comprenez emmurée, emmurmurée, pour regarder le monde et ses désirs derrière des barreaux.
Traversée littéraire comme une autre façon de faire usage du monde...

samedi, 05 novembre 2011

DEROUTE (1)

da.jpg

Un coup de dé-, s'il n'abolit jamais le hasard, finit toujours par abolir la route en une déroute. De débâcle, débandade, déconfiture, défaite, désastre, cette déroute-là ne fut pas escortée... Le GR s'est tout simplement arrêté à La Dame Blanche. Un petit coin de paradis et par les fenêtres grandes ouvertes, Brassens qui donne le ton.

 

dam.jpg

 

dame.jpg

mercredi, 02 novembre 2011

ROUTE...(2)

1.jpg

Routes et déroutes, donc, lu chaque soir jusqu'à ce que la paupière tire un rideau sur le sentier foulé et la pensée de Bouvier. Défoulement imposé.
Au réveil, ma mémoire est incapable de restituer ce que j'ai lu. Elle attend que le pied se concentre sur le chemin, le souffle sur son rythme et l'oeil sur la carte IGN pour mettre un terme au refoulement. Dame Nature défie l'heure d'hiver et sa cohorte de mois sombres. Sa palette ne se plie à aucune contrainte, toutes les couleurs sont expérimentées. Mon lexique se bute à sa pauvreté et les mots pour en rendre compte n'affluent pas. Bouvier a fait route avec son ami peintre Thierry Vernet. Il explique combien ce dernier l'a initié à nommer l'espace traversé. "Je crois que chaque chose à son mot. Quand je dis:"faire la poste entre les choses et les mots", c'est comme réunir deux partenaires qui ignoreraient leur adresse respective. L'écrivain va chercher le mot juste pour une chose ou la chose juste pour un mot." Postière inexpérimentée, je me laisse envahir par la beauté du monde, du dehors au dedans et ma carcasse frémit devant une telle irruption. Cela encore, il le dit si bien...
"Moi il y a eu des moments où j'ai cru que j'allais étouffer de bonheur. Et, comme je n'ai pas comme les chats, la faculté de ronronner... Les chats n'explosent pas parce qu'ils ronronnent comme des bombes."

2.jpg
Photo de Moucheron

mardi, 01 novembre 2011

ROUTE... (1)

oetr.jpg


Cela s'appelle sans doute l'arrière-saison et la plante de pied ne désire qu'une chose: rejoindre la semelle et aller de l'avant. Des Rochers du Parc au Pain de Sucre en passant par la Roche d'Oëtre...Trois jours de randonnée en Suisse normande. Accepter de déchausser à la tombée de l'heure d'hiver, toujours trop tôt, on voudrait pousser plus loin, au-delà de l'obscurité. Tromper l'impatience du lendemain, se calfeutrer dans la prose d'un marcheur insatiable et lire Routes et déroutes de Nicolas Bouvier. S'endormir avec cette certitude que ses mots remonteront à la surface du sentier et diront l'indicible et l'ineffable offerts au regard lorsqu'à nouveau le pied retrouvera la semelle...

lundi, 22 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (8)

porte.jpg

Ce matin aspirait à une utopie, un eu-topos, un lieu bon où vivre...

Quand les murs tombent, une porte peut résister, affligeante et inepte: elle veut rappeler au Tout-Monde  son idée fixe et exaspérée d'Identité, de Territoire protégé. Et déjà, elle ne sait plus dissimuler l'appel à vivre au plus large...

dimanche, 21 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (7)

carte.jpg
On dit bien se mouvoir, se bouger, se dégourdir les guiboles jusqu'aux doigts de pieds, se promener, se bal(l)ader et en profiter pour se vider la tête. Pourquoi ne dit-on pas se randonner? Où ai-je laissé le "se" pour pouvoir enfin randonner: entre un signe de GR et un phare, attaché à un fil de couleur?

samedi, 20 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (6)

fil.jpg
Entre la pointe du Raz et pont l'Abbé

Les fils ne m'intéressent pas pour leurs couleurs mais pour leur capacité à transpercer les ampoules et à larguer les amarres.

vendredi, 19 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (5)

pluviométrie.jpg

Entre la Pointe du Raz et Pont l'Abbé

2,7 mm cette nuit-là sont tombés!!! L'Océan ne s'en est pas rendu compte.



jeudi, 18 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (4)

gr.jpg

Du GR ou du phare, qui s'est décidé en premier à signer le chemin en rouge et blanc?

phare.jpg
Photos de moucheron
Entre la pointe du Raz et pont l'Abbé

mercredi, 17 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (3)

al.jpg
Entre la pointe du Raz...
Allain Leprest a décidé de partir... Hier, je faisais route vers mes pointes en écoutant en boucle Donne-moi de mes nouvelles. Restent ses mots qui continueront de porter mes pas autrement sur ce monde.

all.jpg
... et Pont l'Abbé.

07:00 Publié dans BAL(L)ADE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allain leprest |  Facebook |

mardi, 16 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (2)

tortue.jpg

Photo de moucheron
Entre la pointe du Raz et Pont l'Abbé

Tords-tu les années-lumière et aussi celles d'obscurité pour rejoindre au plus vite l'Océan?
Et l'Enfant, l'espace d'un remplissage de seau, t'imite, en un axe de symétrie connu de lui seul.

 

 

lundi, 15 août 2011

BAL(L)ADE DE POINTES (1)

cartes.jpg

En cet espèce d'espace est numéroté, rangé, classé,  un monde de papier au grand complet, du pôle nord au pôle sud, de la naissance du soleil à sa mort. Nous voulions des pointes, pas celle de Pitre encore moins celle de Coeur ou de Côté. A nous celles dites du ou de -choississez la préposition à l'allure de particule qui convient- Castelmeur, Van, Raz, Feunteun Aod, Plogoff,  Castel, Penn an Enez, Lervily, Karreg Léon, Souc'h, la Torche, Penmarc'h. Et entre deux, des paluds et des plages et deux ponts, de croix et d'abbé. Mur de gauche, 3ème rangée en partant du haut, cartes 0419 ET et 0519 OT...