Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 mai 2012

Aujourd'hui comme un touriste.

P1060971.jpg
Plage de St Malo,
au loin la tombe de Chateaubriand

60/366
J'ai rencontré d'éphémères tours qui voulaient se mesurer à une mémoire d'outre-tombe.

mercredi, 30 mai 2012

Aujourd'hui la peine de.

DSC01405.jpg

59/366
Je me sens le cœur bien trop guilleret et ne veux pas peiner à débusquer une peine : le printemps est enfin là, le jardin des possibles et le S.E.L. prennent  le beau temps de prendre forme,  le moindre moment libre a la certitude d’être comblé par l’extravagant roman en cours…
Je pensais en rester là  pour aujourd’hui mais c’était sans compter sur le mail de l’Ours, lu tôt ce matin… Il prenait juste la peine de me prévenir que "le renard et les lapins ont enfin le cul dans les roses, chose importante à partager, et cette photo le prouve." Oh cela a l'air de rien, mais ces trois-là, je les suis saison après saison.
Il faudra que je prenne la peine de lui annoncer que les boutures du Rosa centifolia muscosa ou rosier rustique que sa fiancée m'avait confiées l'été dernier sous ses hauts gromellements, "on ne fait pas de boutures en cette saison, ton grand Pa' te le dirait", non seulement ont pris racines mais ont fleuri!!!

P1060978.jpg



mardi, 29 mai 2012

Aujourd'hui bijou.

P1060966.jpg

58/366
Parmi tous les livres que j'ai ramenés de St Malo, s'il en est bien un qui est un petit bijou c'est L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet de Reif Larsen. L'auteur m'était inconnu jusqu'à ce wek-end et pour cause c'est son premier roman. Je l'ai écouté lors d'une table ronde où s'était instauré un dialogue avec François Place sur le thème des cartes de l'imaginaire. L'auteur de l'Atlas des géographes d'Orbae a dit l'aimantation du voyageur pour les trop pleins ou trop vides de la carte, et à l'écouter on se doute bien que les terrae incognitae ne sont pas révolues, lovées dans ces espaces oubliés de l'oeil scrutateur du satellite. Reif Larsen, lui, se réjouit que toute carte ou tout roman soit confronté à son propre échec, celui de dire le monde. On se doute bien que cette quête de la carte et du roman parfait toujours remise sur l'établi ne l'accable pas, loin  de là.
A peine la table ronde finie, je me suis empressée d'aller chercher L'extravagant voyage; de François Place, je ne peux plus rien acquérir, j'ai déjà tout.

366 réels à prise rapide, françois place, L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet, reif larsen


J'ai mis une pause dans ma folle journée de samedi -la rencontre suivante pouvait bien attendre- et suis partie m'absenter au bord du port. On sait dès la première page que ce livre est un trésor, mêlant le récit de T.S. Spivet, enfant prodige de douze ans, passionné par la cartographie, ses cartes et ses dessins. J'en ai presque oublié le festival Etonnants voyageurs.

Aujourd'hui, je vous promets que la journée fut longue, je n'aspirais qu'à deux choses: croquer mon morceau de réel à prise rapide et me replonger dans le roman.
Un bonus offert par Colo, ici.

lundi, 28 mai 2012

Aujourd'hui prise entre les deux.

nuages.jpg
François Place, Le secret d'Orbae

57/366
Aujourd'hui, journée dans l'entre deux. C'est la fin du festival Etonnants Voyageurs. Retour prévu à la biquetterie en fin de journée. Demain je vous raconterai des bijouxes et quelques caillouxes découverts là-bas...

dimanche, 27 mai 2012

Aujourd'hui beaucoup trop de.

366 réels à prise rapide,étonnants voyageurs,françois place,chamoiseau
François Place, le secret d'orbae

56/366
Beaucoup trop de lieux
,
Rotonde Surcouf, Salle Maupertuis,
Ecole Nationale Supérieure Maritime,
Auditorium, Théâtre Chateaubriand,
Maison de l’Imaginaire, Escale,

Beaucoup trop de rencontres programmées,
Dans la beauté et la sauvagerie du monde
Conscience métisse, pensée nomade
Chamoiseau, une œuvre-monde
La natte des poètes
Coureurs de mondes
Bruce Chatwin : la sagesse du nomade

Et moi qui ne suis qu’une piètre voyageuse
soumise à cette obligation de n’être que dans un lieu à la fois...

 

samedi, 26 mai 2012

Aujourd'hui, une pensée sauvage.

poly.jpg
François Place, Le secret d'orbae

55/366
Je suis partie dans la nuit pour St Malo. Chaque année, c’est un rituel. Le week-end de la pentecôte rime avec le festival Etonnants Voyageurs.
Le thème, cette année : images du monde qui vient. Trois jours pour interroger notre appartenance au monde, au-delà des frontières et des murs. Trois jours pour se perdre sur des terrae incognitae. Là-bas, je suivrai des sémaphores, François Place – à qui je dois le nom et la bannière de mon blog- et
Paolo Rumiz, dont la marche rythme l’écriture, à moins que ce ne soit le contraire…

 

vendredi, 25 mai 2012

Aujourd'hui contre.

366 réels à prise rapide,jardin des possibles

54/366
Aujourd’hui, contre la mécanique et pour la grelinette. Outil, oh combien indispensable pour retourner à la terre et l'aider à cicatriser du passage du motoculteur! Cela fait quelques temps que je lisais des articles sur le web. Aujourd'hui, à peine ai-je fini mes cinq heures de cours, que hop la,  je suis allée rafler le seul et unique exemplaire qu'il y avait en rayon chez B...
Tout, après, est dans le geste à acquérir: incliner d'une dizaine de degrés la grelinette, sauter légèrement pour atterrir sur l'outil en question, du pied droit ou du pied gauche, voire des deux pieds dès que vous gagnez en dextérité.

Quant aux gars, ils ont débité les acacias et le vent s'est joué des volutes de bois vert.

jeudi, 24 mai 2012

Aujourd'hui c'est mécanique.

cc.jpg

53/366
Il est quand même des consignes étonnantes, comme si le grand organisateur des 366 réels avait prévu le coup.

Ce matin, donc, j'ai vite avalé mes quatre heures de cours, suis tout aussi vite rentrée à la biquetterie, ai troqué le jean pour la salopette et ai rejoint les trois larrons sur le jardin des possibles, prêts à faire ce que nous nous étions promis de ne jamais faire: utiliser la mécanique du motoculteur pour agrandir la surface cultivable... Faut dire que la veille nous avions passé de longues heures pour désherber quelques malheureux m2. Au final nous avons multiplié par quatre la surface du potager. Pour fêter le tout, les gars ont coupé avec une scie, de l'huile de coude et un très grand art deux acacias. Le deuxième a failli s'abattre sur un antique mur, avant d'osciller dangeureusement vers l'hôtel **** à insectes pour enfin choisir comme lieu de dernier repos le fossé juste au bord de la buttée des concombres, courges,courgettes et potirons.

dd.jpg

mercredi, 23 mai 2012

Fragment d'aujourd'hui dont Hitchcock aurait fait un film.

44.jpg

North by northwest
52/366

mardi, 22 mai 2012

Aujourd'hui assez de.

P1060127.jpg

51/366
Elle s'entête, s'acharne, s'obstine à débarbouiller, décrotter, décrasser quoi, la pluie? Quelles taches indélébiles a-t-elle l'intention d'immaculer?