Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 janvier 2013

Aujourd'hui que deviendra cet enfant plus tard?

1.jpg
Saint-Pierre de Penmarc'h
Photo de Bernard

281/366
Môôssieur Le Législateur des 366 réels à prise rapide, je dois reconnaître que la contrainte du jour m'a déroutée. Qu'est-ce qui dans ce 6 janvier a bien pu faire naître chez vous cette interrogation du devenir d'un enfant? Serait-ce parce qu'aujourd'hui, on se souvient de l'arrivée des Rois Mages  devant la crèche? Et dans la crèche, un enfant de Nazareth promis à une courte vie dont on ne cessera de reparler. A coup de conciles, de synodes et de quelques conciliabules, son existence va être emmaillotée en une longue procession de dogmes et autres certitudes: ils appellent cela "épiphanie".
Vous ne m'en voudrez pas, M. Le Législateur, mais quand j'ai enfin retrouvé une route face à la contrainte du jour, cela n'a pas donné la flamboyance d'un ciel irradié par l'étoile du berger. J'ai préféré placer ici la volupté titanesque de l'étreinte d'un nuage: laissez-moi appeler cela "épicalypse".

samedi, 05 janvier 2013

Aujourd'hui acheté.

509859101.jpg
Le cri du peuple, Tardi

280/366
Ils n'ont pas réussi à l'acheter parce que le seul ruban rouge qu'il accepte c'est un lambeau du drapeau de la Commune. Tardi a donc refusé de se laisser épingler par la légion d'honneur. Il s'en explique dans un communiqué à l'AFP: "Etant farouchement attaché à ma liberté de pensée et de création, je ne veux rien recevoir, ni du pouvoir actuel, ni d'aucun autre pouvoir politique quel qu'il soit. C'est donc avec la plus grande fermeté que je refuse cette médaille. Je veux rester un homme libre. Je n'ai cessé de brocarder les institutions. Le jour où l'on reconnaîtra les prisonniers de guerre, les fusillés pour l'exemple, ce sera peut-être autre chose".
Sur le sujet, vous pouvez lire l'excellente chronique d'Alain Korkos pour @rrêt sur images: Jacques Tardi raconté au ministère français de la culture.
Pas d'acheté aujourd'hui mais si vous tenez absolument à ce que je solde son compte à cette contrainte, je vous propose un vendu...

tardi,366 réels à prise rapide
montage de Mister Go

vendredi, 04 janvier 2013

Aujourd'hui le plus petit des petits riens.

DSC00395.jpg
Photo de Moucheron

279/366
Les lacets de mer
de vides en liés -
signent l'infini.

jeudi, 03 janvier 2013

Aujourd'hui taper.

P1080158.jpg

278/366
Taper ici et imaginer ce qu'aurait donné le post d'hier avec la consigne d'aujourd'hui.

mercredi, 02 janvier 2013

Aujourd'hui bleu.

81038372_ob.jpg
Découpage de Maurice Pommier
De Jonas à Moby Dick
Variations autour d'un cachalot

Collectif
Coop Breizh

277/366
Ventrebleu, foutrebleu, corbleu! Maugrebleu, morbleu, parbleu!! Sacrebleu, tubleu, vertubleu, tête-bleu!!! C'est quoi ce b... sur hautetfort depuis hier? Ca me fait naître des rages de Moby Dick à l'instant de l'ultime rencontre avec Achab. Quant aux Jonas et autres Pinnochio, peuvent toujours se brosser avec mes fanons, je ne les laisserai pas sortir. Je vais même leur rajouter comme colloc' le Brandan. Et même ça, ce n'est pas assez pour réduire ma fureur! Que se passe-t-il? Vos messages sont aspirés par les abysses et ne s'affichent plus ni sur mes billets ni sur mon interface.
Alors si l'envie vous prenait de commenter ou de m'indiquer comment résoudre ce bug, prenez une bonne vieille feuille, glissez-la dans une bouteille et jetez-la à la mer ou cliquez sur l'onglet "me contacter"...

P.S.à 9h: première bouteille reçue par les voies du mail de l'Ours...
"Tu avais été prévenue, il y a des risques à publier en post un de mes restes de confettis, hier avec le dragon en squelette tu n'as eu aucun commentaire, et aujourd'hui, tu persistes dans l'erreur, tu recommences, et en bleu!"
P.S.2 à 11h: Le service hautetfort sans plus de précision vient de m'indiquer que le problème était corrigé. Je ne sais pas ce qui me retient de lui en envoyer une de correction.

mardi, 01 janvier 2013

Aujourd'hui résolutions révolutions.

0.jpg
Découpage
ou
Restes de la fabrique de confettis
Maurice Pommier

276/366
Sur mes îles, deux rituels sont pratiqués: célébrer le solstice d'hiver et ouvrir la nouvelle année avec le découpage de l'Ours. En 2011 et 2012, les poules et le renard avaient tenté l'écriture d'une fable révolutionnaire. Les lendemains ne se sont pas mis à chanter pour autant, à peine ont-ils entonné la rengaine.
A en croire l'Ours, d'humeur saturnienne en ce jour, si quelque révolution accompagne cette nouvelle année, ce sera celle des astres sous l'oeil attentif de quelques experts:
"Les astrologues, après avoir effectué leurs travaux, ont déclaré qu'après l'année du dragon, nous échapperions à l'année de la poêle à blinis, mais que nous n'échapperions pas à l'année de la ceinture." Une année de morosité donc?
Tâchons de contrebalancer la prédiction, plaçons en contrepoint l'émission Pas la peine de crier qui consacre sa semaine à l'insoumission. Hier, Jeanne Benameur était invitée pour son dernier roman paru chez Actes Sud Profanes:des personnages sous le coup d'une fatalité qui entrent en lutte pour la vie; en tous, se soulève peu à peu comme une insurrection singulière. Dans un dialogue à bâtons rompus, il fut question de lecture qui multiplie la vie au risque de l'altération, d'écriture qui cherche la nudité sans plus rien avoir à craindre de l'impudeur.
De mon insularité, je nous souhaite, à moi, à vous qui passez ici, des insurrections confiantes pour "atteindre le vif de la vie".

lundi, 31 décembre 2012

Aujourd'hui ce qui demeure immobile.

22.jpg

275/366
"Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé."
Pensées, Blaise Pascal
Soit, M. Pascal, mais c'est un peu rapide, cela ressemblerait presqu'à un pied de nez. Il aurait fallu que vous poussassiez la prophétie un peu plus loin.
S'il eût été plus court - donc César et Marc-Antoine n'auraient pas fini dans le lit de la reine- la révolution de la place Tahir n'aurait pas été étouffée aux premières élections*,
La trompe de l'éléphante d'Hannibal, si elle eût été plus courte -donc le général carthaginois n'aurait pas été gêné pour rentrer dans Rome- la révolution de jasmin aurait porté ses fruits,
Le naseau du lion de Mithridate VI, s'il eût été moins ouvert -donc Pompée serait allé cueillir des colchiques dans les prés- la guerre civile syrienne aurait trouvé un antidote au poison qui ronge ses entrailles.
 
Avec des "si", on peut mettre Paris en bouteille, paraît-il, mais continue de couler la Seine.

*: lire à ce sujet l'édito du Causette de janvier

dimanche, 30 décembre 2012

Aujourd'hui une phrase que j'ai dite.

1.jpg

274/366 (suite du 273/366)
Je suis retournée sur Pronote pour voir où en était la transformation de la page d'accueil...
- Sacrebleu Sacrindigo, merde alors. Pas un malheureux petit hacker* parmi vous tous? Vous causez, vous causez, c'est tout ce que vous savez faire! Pour la peine, à la rentrée, je ferai chier les mômes, je leur ferai lécher le parquet linoleum amianté. Je leur ferai manger l’éponge serpillère du tableau noir blanc. Je leur enfoncerai des compas dans le derrière (parfaite cette réplique-là, tout comme la suivante d'ailleurs). Je leur botterai les fesses. Parce que je porterai des bottes (va falloir que je m'y mette). En hiver (ça tombe bien, nous y sommes).
- Hé, la bakkante, la kontrainte ne demandait qu'une seule phrase!
- L'être ou le néant, voilà le problème.
* Seul Yves s'est risqué à une proposition...

samedi, 29 décembre 2012

Aujourd'hui on ne vous la fait pas.

11.jpg

273/366
Capturé par l'ouverture du nouveau velux, l'hiver ressemblait à ça, ce matin: lumière naissante dans la douceur de l'air. Les mésanges semblaient s'y tromper qui saluaient ce jour recommencé d'un chant printanier.
Capturé sur la nouvelle page d'accueil du logiciel Pronote -base de notes et cahier de texte pour l'Educ. Nat.-, l'hiver prenait cette mauvaise tournure: arbre effeuillé qui va nous jouer le coup du sapin de Noël jusqu'au 21 mars. Un coup à devenir Antinote, complètement et définitivement.
Si parmi ceux qui passent sur mes îles se trouve quelque hacker, je lui saurai gré de faire preuve d'imagination -gommer les paquets cadeaux, adoucir ce bleu glacial- pour que le regard victorieux et la main sur la hanche, je puisse dire: on ne me la fait pas.

11.jpg

vendredi, 28 décembre 2012

Aujourd'hui bras.

P1080086.jpg

272/366
L'idée est apparue deux mois auparavant. On l'a laissée mûrir pour être certain de pouvoir la ranger dans la catégorie "bonne idée". A l'entrée des vacances, d'un commun accord, les six habitants de la biquetterie ont décrété que cela valait le coup d'aménager le petit grenier aveugle et étouffant sous une laine de verre remontant à Mathusalem en une coquette chambre avec vue sur la plaine.
L'idée, soudain honorée de tant d'attention -à moins que ce ne fût les quatre ados soudain impatients- a appelé sa réalisation immédiate en plein hiver: enlever la laine de verre, multiplier les voyages à la déchetterie, poser un velux, s'asseoir pour contempler la vue sur les coteaux de la Seine et se dire qu'il fera bon vivre dans cette nouvelle pièce, se relever, trouver encore un peu d'énergie pour commencer à poser le nouvel isolant.
Aujourd'hui, si vous ne savez pas quoi faire d'un de vos deux bras, vous pouvez le déposer ici. Vous n'omettrez pas de préciser pour quel usage vous nous le prêtez: pose de la laine de verre, du lambris ou du parquet.

jeudi, 27 décembre 2012

Aujourd'hui un idéal de traverse.

DSC01265.jpg


271/366
En ce matin pluvieux, la terre se ramollit, je continue de creuser la profondeur de mes pensées. Je vous laisse avec ces mots de Pascal Quignard...

"Les femmes et les hommes ne communiquent pas par les points où ils croient. Il est possible que notre souffrance ne se confonde jamais tout à fait avec la souffrance de ceux que nous aimons. Nos malheurs ne peuvent toucher directement l’autre. Nos douleurs ne peuvent toucher directement l’autre. Nos mains le peuvent. La force traverse la paroi, la pensée la caisse caverneuse de la tête, la volupté le sac de la peau, l’eau les yeux"
Vie Secrète
, 
Pascal Quignard

mercredi, 26 décembre 2012

Aujourd'hui vous auriez dû lire votre horoscope qui vous aurait prévenu:

P1040033.jpg

270/366
Plutôt que de passer la journée dans le regret, je suis allée lire mon horoscope tôt ce matin...
"Taureau: la configuration planétaire vous accordera de la profondeur dans vos pensées et vous permettra de faire le point sur votre façon de vous exprimer."
Je m'en vais sur le champ méditer sous l'alignement des planètes la profondeur de mon réel à prise rapide de demain...

mardi, 25 décembre 2012

Aujourd'hui ce qui brille.

P1070857.jpg

269/366
Ce qui brille: la bouteille oubliée au fond du jardin que jamais personne n'a ramenée à la consigne. Raison de plus pour la consigner ici aujourd'hui.

lundi, 24 décembre 2012

Aujourd'hui quelque chose de triangulaire.

P1080045.jpg

268/366
Ah môôssieur le grand législateur des 366, pensiez-vous nous déconcerter avec votre contrainte triangulaire du 24 décembre? Problème enfantin en ce jour placé résolument sous le signe du triangle. Je n'ai que l'embarras du choix entre le sapin de noël -version apparemment élémentaire du triangle- l'étoile du berger - version imbrication de plusieurs triangles- le toit de la crèche - version poupée russe: il contient cet autre triangle formé de Marie, Joseph et le boeuf* -  ou bien la trinité -version quadrature du cercle.
Je n'ai que l'embarras du choix mais n'ai nullement l'intention de m'embarrasser. Je me place dans la marge de cette folle journée qui embrasse le globe dans son intégralité entre esprit de noël -le regard émerveillé est alors de mise pendant 24h- et esprit de consommation -vous êtes sommé de dépenser.
Si aujourd'hui doit être triangulaire, ce sera parce que l'empreinte du héron se sera blottie entre les lignes de la terre.

* Pour les besoins de la démonstration, je passe sous silence l'âne qui a déjà eu son heure de gloire, hier, chez Yves.

dimanche, 23 décembre 2012

Aujourd'hui une petite violence.

P1080036.jpg

267/366
Aujourd'hui comme un compte à rebours enclenché. Dans cent réels à prise rapide, j'aurai fait le tour d'une année. D'une borne à l'autre, de la signature au pur mensonge. Cent jours devant moi - de la blancheur falsificatrice des arbres à leur floraison revenue - pour envisager l'après. Garder l'écriture quotidienne. Regretter la contrainte qui, les jours où on n'a pas envie, où on remettrait bien ça à demain, joue à merveille son rôle de grande turlipineuse.

samedi, 22 décembre 2012

Aujourd'hui provisoire qui dure.

P1050148.jpg
Pompéi, maison de la Venus au coquillage

266/366
Notre vieille terre serait donc du provisoire appelé à durer encore un peu. D'aucuns voulaient finir leur existence dans la violence collective d'une apocalypse prophétisée. Après la déception du grand soir qui s'est décommandé faute de s'être programmé, ils vont rejoindre le commun de leur existence et leur vie manquera sans doute de piquant et de poivré.
Savent-ils seulement qu'avec un peu de tenacité, ils ont ce potentiel de mettre fin à ce provisoire qui dure? Il suffirait pour cela de continuer, en accélérant légèrement la cadence, de transformer les terres arables en parkings de supermarché; en attendant que tout soit bitumé,  il suffirait de demander à l'Etat de subventionner exclusivement les projets O.G.M. et quelques centrales nucléaires livrées avec fissures.  Pour sûr, ils finiraient par la vivre, leur dernière heure. Mais ce soir-là, les astres et les comètes salueront notre limite enfin atteinte d'un silence indifférent.

vendredi, 21 décembre 2012

Aujourd'hui il paraît que.

P1080064.jpg

265/366
Aujourd'hui il paraît que beaucoup vont jouer à se faire peur. Pas mécontente de ne pas travailler le vendredi. Je n'ose imaginer à quoi vont ressembler les cours au collège quand dans la marmite bouillonnent une veille de vacances et la fin du calendrier maya...
Aujourd'hui il est certain que c'est le solstice d'hiver. Une promesse de lumière enfin rendue. Au lever du jour, l'érable l'annoncera à la Morte Eure et elle s'en trouvera soudain vivifiée.

jeudi, 20 décembre 2012

Aujourd'hui collection de regards.

366 réels à prise rapide

264/366
Au regard de la journée d'hier, je vais tenter aujourd'hui de me prémunir contre le mauvais oeil. Faire appel au remède de ma grand-mère: ouvrir grand la main contre ma poitrine et utiliser ainsi le chiffre cinq en bouclier contre les regards noirs, les chargés de, les qui décochent et les qui fusillent. Ne laisser passer que les regards d'intelligence, en coin, sur le monde, les qui embrassent et les qui interrogent.

mercredi, 19 décembre 2012

Aujourd'hui le sens de l'adaptation.

1.jpg

263/366
Si vous proposez à votre morveux de rejeton une rando du côté d'Etretat, c'est que vous vous posez cette question cruciale: que possède-t-il en plus grand nombre, entre les hormones et les neurones? Empruntez le GR fouetté par les vents, une fois la fontaine aux mousses dépassée, descendez par le chemin à flanc de falaise pour rejoindre la valleuse du curé. Commentez avec le morveux en question la beauté du paysage, mine de rien. Laissez-le accélérer le pas jusqu'en bas qu'il découvre le panneau indicateur adapté par d'autres.  Si, une fois que vous avez, vous aussi, rejoint le niveau de la mer, ça donne ce qui suit, vous avez obtenu la réponse à votre question de départ...

2.jpg

 

3.jpg

mardi, 18 décembre 2012

Aujourd'hui ce que j'ai laissé tomber.

5.jpg


262/366
Les ombres de la passiflore et du photophore, je les ai accrochées au mur de peur de les voir tomber.

lundi, 17 décembre 2012

Aujourd'hui un pli.

4.jpg

261/366
L'ombre se déplie.
Atteindra-t-elle le saule
Avant la nuit?

dimanche, 16 décembre 2012

Aujourd'hui tissus.

Epidemies.jpeg
Ernest Pignon-Ernest, Naples

260/366
Au carrefour, la béance du papier,
Porte cochère vers les Enfers.
Un homme décharné,
le corps rendu à la ramification de ses os
le pagne posé en ultime pudeur,
traîné plus que porté
par l'acharnement d'un autre
qui un jour sera lui aussi
les bras ballants.

... et sur ma table, le chant VI de L'Enéide de Virgile, La porte des Enfers de Laurent Gaudé et le parcours napolitain d'Ernest Pignon-Ernest.

samedi, 15 décembre 2012

Aujourd'hui il faudrait crier.

Marathon-des-signatures.jpg

259/366
Aujourd'hui semble vouloir s'inscrire dans la continuité d'hier.
Je ne sais si la pétition à cette capacité de donner de la voix à nos cris. Si c'était le cas, elle se serait sans doute appelée une conclamation, la pétition. Pour l'instant, elle est juste une demande formulée dans un langage châtié, enrobée de toutes les formules d'usage. Au cas où elle aurait un pouvoir sur les atteintes faites aux droits de l'homme de part le monde, je relaie ici le marathon des signatures d'Amnesty International.

vendredi, 14 décembre 2012

Aujourd'hui gens sans importance.

gens.jpg
Ernest Pignon-Ernest
Un clic et la photo s'agrandit.

258/366
A ces gens sans importance, Ernest Pignon-Ernest a offert, en 1995, la solitude d'un théâtre de poche pas plus grand qu'un cercueil de verre: la cabine téléphonique. Affiche sous la défense d'afficher. Et ces mots de Jean Rouaud, d'eux à nous.
"Regardez-les, prostrés, vidés, étonnés
Que ce soit si dur à vivre une fois qu'on est né
Lançant un cri qui ne sait plus briser les verres
Ni même se faire entendre dans ces micro-déserts,
Cherchant désespérément la formule magique
Dix numéros gagnants dans cette foutue carte magnétique,
Regardez-les (...)
Sonnés, écroulés, sur le sol de la cabine, sans pleurs,
Ayant renoncé à vouloir le bonheur avec l'argent du beurre,
(...)
Et tellement reconnaissables, tellement des nôtres
Buvant la tasse comme parfois nous autres,
Qu'on se demande ce qui parfois nous retient d'appeler Rosa, la rose
D'apporter une épaule à celle qui ne tient debout que par son front appuyé
Comme une attache au tableau, un clou dans une tête décérébrée
Et voyez quand on les décroche, comme ils rompent ce garde-à-vous,
Cette station droite qu'on exige de nous
Pour qu'on mérite l'appellation d'homme et de femme
Pour qu'on sorte du singe et qu'on nous accorde une âme,
Voyez comme ce n'est pas si naturel ce pari vertical
Voyez comme notre vie parfois ne tient qu'à un fil
Comme celui auquel se suspendit Nerval
Un soir, en pleine lumière, dans la multitude de la ville."

pignon.jpg
Les cabines

jeudi, 13 décembre 2012

Aujourd'hui irréel.

1.jpg


257/366
Hier il a gelé à pierre fendre. Les flaques d'eau en ont profité pour dessiner les contours d'une terra incognita fantômatique.

2.jpg

3.jpg

mercredi, 12 décembre 2012

Aujourd'hui est un conte de fée.

P1070915.jpg

256/366
Puisque nous sommes le 12.12.12, ne rechignons pas devant quelques alexandrins fort mal enjambés...
Est-ce là une des femmes de Barbe Bleue
ou dans
sa vitrine dormante une Belle ?

mardi, 11 décembre 2012

Aujourd'hui reproches.

P1070900.jpg

255/366
1. Prenez quatre personnes. Pour que la démonstration soit plus convaincante, intégrez-vous dans le groupe. Faites naître en elles l'envie d'aller voir une expo parisienne. Hooper par exemple. Inévitablement, vous allez vous retrouver dans la file d'attente à former un cercle dont le diamètre ne dépassera pas le mètre.
2. Laissez la proximité précédente se déliter. Vous vous retrouverez peut-être seul à attendre tandis que les autres iront se dégourdir les jambes ou se rafraîchir l'arrière-train sur un banc de pierre.
3. Laissez les portes du musée s'ouvrir. Vous verrez inévitablement vos quatre congénères vous rejoindre. Le diamètre du cercle se sera encore rétréci. Laissez monter en vous cette pensée: en 1, ils étaient proches, en 3, ils sont re-proches et ne tarissent pas de remerciements à votre égard.
CQFD

lundi, 10 décembre 2012

Aujourd'hui de l'eau.

 

DSC00493.jpg
Photo de Moucheron


254/366
Hier matin, à l'heure où le regard ne voit pas encore clairement ce que le pied fait, je suis partie courir. J'aime par dessus tout cette heure où le monde et les colères somnolent encore. Parvenue en haut des côteaux, j'ai contemplé la lune qui renâclait à laisser sa place. Elle voulait encore un matin se mesurer à celui qui déjà embrasait la vallée avec une douce insolence. Quelques mésanges, sur leur branche gelée, se marraient  de cette lutte toujours recommencée. La Seine s'est immobilisée, comme tous les matins, pour accueillir le dernier reflet de l'une et le premier rayon de l'autre. Dans mon I-machin, c'était un air marin qui se jouait de mes écoutilles: François Busnel, dans Le grand entretien, recevait Michel Butor pour Le long de la plage, recueil à quatre mains avec le pianiste Marc Copland.
Je n'ai pas trouvé trace du poème sur la toile. Je le retranscris ici, en espérant ne pas avoir trop malmené le vers. Vous pouvez aussi l'écouter ici, il se niche entre la 16ème et la 17ème minute.

Air marin

La vague dit à la vague
Recouvre-moi
Je m’assèche
Je ne trouve plus mes algues

Je ne racle que gravier
Encore une autre après toi
Je retrouve ma vigueur
Et m’enfonce en l’océan

L’épave dit à l’épave
Unissons nos abandons
Dans tes bols de porcelaine
Je verserai mon porto
Et l’ivresse des poissons
Communiquera nos plaintes
Aux ermites des récifs

 

dimanche, 09 décembre 2012

Aujourd'hui j'écris en CAPITALES un projet minuscule.

366 réels à prise rapide,bled

253/366
CHERCHER L'ETYMOLOGIE DE BLED.

 

P1070877.jpg

samedi, 08 décembre 2012

Aujourd'hui foule.

1.jpg

 

2.jpg

 

3.jpg

252/366
Foule n.f. du lat. pop. fullare "fouler une étoffe", d'après fullo "foulon"
Hier, dans la solitude de mon vendredi, assise au bord de la cheminée, la table basse recouverte de tout le travail à abattre, j'ai, par intermittence, posé mon regard sur le balancement des loungta. Les chevaux de vent caressés par le premier rayon puis foulés par une tempête de neige ont retrouvé le soir venu la douceur du soleil qui meurt au-dessus de l'horizon.