Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 15 mars 2013

Aujourd'hui une satisfaction personnelle.

P1080555.jpg

351/366
La semaine dernière, retour d'Italie avec mes 51 latinistes. Chacun occupe les vingt heures de car comme il peut. Les ados sortent leurs journaux "real life": incroyable ce que Closer a comme succès. Même ma collègue en possède un. En remontant l'allée, je lis les gros titres: "Je suis une cougar et ma fille est jalouse!", " A bout de nerf, j'ai assassiné ma belle-mère!!", "J'étais motivée par un désir de vengeance totalement irraisonné!!!". Faudra que je pense à leur filer quelques tragédies grecques. Ils devraient adorer Phèdre, La folie d'Héraclès ou encore Les Choéphores. En attendant je glisse Causette à A. et c'est une satisfaction de la voir parcourir l'enquête People Story, Histoires vraies, L'empire du mensonge.

jeudi, 14 mars 2013

Aujourd'hui moment de solitude.

P1080499.jpg

350/366
C'est toujours surprenant ce sentiment de solitude au milieu d'une place surpeuplée. J'ai presque ressenti un début de compassion, hier, pour ces envoyés spéciaux au Vatican, place St Pierre.
Entre l'apparition de la fumée blanche et celle du nouveau pape, ils ont dû combler une heure pleine, soixante longues et interminables minutes. Inutile d'espérer le twitt salvateur, le temps de l'Eglise n'est pas celui des réseaux sociaux. Il faut quelque mystère pour impressionner les foules, l'élu de dieu doit se préparer avant de se révéler. Parler de la préparation du pape, voilà du pain béni pour les journalistes: le choix des chaussures rouges -le Vatican dispose de paires du 36 au 44, est-ce la papesse Jeanne qui chaussait du 36?- celui de la soutane - du small au large, l'extra large n'est pas prévu, un pape s'adonne à la prière et non aux agapes.
Faute de pouvoir dire quel papabile est en train de s'habiller, on s'attache à quelque chose de sûr: le protodiacre, celui qui dira la sentence magique qui rendra la place silencieuse et qui mettra fin au moment de solitude du journaliste assurant le direct. Le protodiacre, non seulement on le connaît mais en plus il est français. On ne sait pas du combien il chausse, lui, mais on refait son parcours. Ca fait gagner du temps.
Puis quand tout cela est épuisé, on songe soudain à ce flot humain qui saute en l'air en agitant parapluies et drapeaux. Et soudain la pertinence de la question: est-ce que l'impatience des pélerins est palpable? Visage atterré de l'autre qui se sent soudain encore plus seul au milieu des pélerins hystériques. Il hasarde une comparaison avec un match de foot. Dernière étape de son chemin de croix.
Le rideau remue enfin à la loggia et libère le protodiacre et sa formule "annuntio vobis magnum gaudium, habemus papam". Quand le nom tombe enfin -oserai-je dire quand le verbe se fait chair?- le journaliste sait qu'il devra boire sa coupe jusqu'à la lie. A dieu tout ce qu'il avait prévu de dire sur n'importe lequel des papabiles. Il lui faut trouver au plus vite une phrase sensée pour commenter l'élection de l'outsider argentin: "c'est un jésuite, au moins il est intelligent"...
Allez, levons notre verre à ce nouveau pape et pour l'occasion je vous propose une cuvée de circonstance.

mercredi, 13 mars 2013

Aujourd'hui il a dit.

P1080549.jpg

349/366
Il a dit du talc au talc: "La neige a épuisé toutes ses réserves, je prends le relais!"

mardi, 12 mars 2013

Aujourd'hui facile, facile.

P1080559.jpg

348/366
Pas si facile que ça d'imaginer que samedi en revenant d'Italie, j'ai pris l'apéro sur cette même table, sous un soleil printanier.
 

lundi, 11 mars 2013

Aujourd'hui blanc.

P1080374.jpg
Rome, le 4 mars

347/366
Le vent des Açores
a rencontré ce matin
un vent scandinave.

- La biquetterie est recouverte de "blanc"...
- Mets tes hauts et tes bas
et file bosser!

dimanche, 10 mars 2013

Aujourd'hui sentiment de déjà vécu.

P1080366.jpg
Pin sur Palatin


346/366
De retour d'une semaine en Italie avec 51 latinistes...
Se lever parce qu'on a eu son compte de sommeil, laisser un café couler paisiblement, mettre le pain à griller. Ouvrir la fenêtre et laisser les prémices du printemps accompagner le silence de la biquetterie. Reprendre une tasse de café parce que rien ne presse. Il y avait dans tout cela, ce matin, un sentiment de déjà vécu. Quand était-ce donc?

samedi, 09 mars 2013

Aujourd'hui debout dans.

venus-debout-dans-un-paysage-.jpg
Venus debout dans un paysage
Lucas Cranach, Louvre

345/366
Aujourd'hui signe le retour en Normandie. Vous parler de la tenancière de ces lieux debout dans un bus, tentant de combattre le fourmillement dans les jambes suite à une position assise prolongée ne présente aucun intérêt. Je vous laisse avec cette Venus de Cranach et son titre étonnant: debout dans un paysage. En écho au coquillage d'hier.
A demain

vendredi, 08 mars 2013

Aujourd'hui féminité.

800px-Sandro_Botticelli_-_La_nascita_di_Venere_-_Google_Art_Project_-_edited.jpg
La naissance de Venus, Sandro Botticelli
Galerie des Offices, Florence

344/366
Aujourd'hui Florence et la Galerie des Offices. L'inévitable émotion qui montera devant la pudique Venus, les cheveux au vent ou l'effarante Gorgone, les serpents en bataille. La féminité, d'une extrême à l'autre.

587px-Medusa_by_Carvaggio-2.jpg
Méduse, Le Caravage
Galerie des Offices, Florence

jeudi, 07 mars 2013

Aujourd'hui leçon à apprendre par coeur.

366 réels à prise rapide, pantheon rome
La cella du Panthéon
Joseph Kürschner, 1891

343/366
Leçon:n.f. du latin legere "cueillir par les oreilles et les yeux, lire"
Ce matin, nous quittons la Campanie et arriverons demain en Toscane. Dans l'intermédiaire, nous allons procéder à une deuxième cueillette à Rome: le Panthéon, les musées capitolins, Piazza Navona, Fontana de Trevi.
Pendant ce temps-là, à Rouen, une audience aura lieu au Rectorat pour défendre les langues et cultures de l'antiquité et tenter de débloquer deux heures pour mon deuxième groupe de latinistes en 5ème.  A mon grand regret, je n'y serai pas. Néanmoins, j'ai prévu du lait, vin et huile d'olive pour procéder à des libations dans la cella du Panthéon: les Immortels ainsi charmés ne pourront refuser d'accorder leur bienveillance à ce symposium.

mercredi, 06 mars 2013

Aujourd'hui il faudrait réparer.

P1050136.jpg

342/366
Aujourd'hui, il faudrait que les Italiens contraignent l'Etat à réparer les domus de Pompéi qui s'effondrent les unes après les autres sous le poids de la corruption. Dans la foulée, il pourrait même lancer de nouvelles fouilles archéologiques: une grande partie de la ville est toujours enfouie sous plusieurs strates.

mardi, 05 mars 2013

Aujourd'hui pensée parasite.

P1040955.jpg
Herculanum l'antique sous la nouvelle ville.

341/366
Si le monte Vesuvio était aussi éteint que ses collègues d'Auvergne, la vie ne se serait jamais figée à Pompéi et Herculanum, un 24 août 79.

lundi, 04 mars 2013

Aujourd'hui oreilles.

P1040910.jpg
Colisée

340/366
Les vingt heures de bus sont derrière nous. Macte animo! Nous entamons notre première journée italienne après un frugal petit déjeuner dans un bistrot romain. Malgré cela, personne ne semble avoir les oreilles dans le crin. Au programme aujourd'hui: le Palatin, le Forum Romain et le Colisée.
Puisque le français est riche en expressions auriculaires, je vous en ressers une sans vergogne: ce soir, dans notre hôtel de Fuiggi, nous dormirons tous, sur nos deux oreilles.

dimanche, 03 mars 2013

Fragments d'aujourd'hui raconté en statistique

P1040835.jpg

339/366
99% de ma journée se passeront dans un car. Le 1% restant se déroulera sur les mornes aires d'autoroute. Je pars, ce matin, pour une semaine italienne en compagnie de 52 latinistes. Nous arriverons demain matin à Rome après une nuit à 80% blanche. J'ai la ferme intention de grapiller 20% de sommeil en déroulant mon sac de couchage dans le couloir du bus quand tous les ados auront rejoint les bras de Morphée.
Dire que nous avions fixé les dates de notre voyage juste avant la semaine sainte pour éviter l'affluence touristique. Nous ne savions pas alors qu'un coup d'Etat se préparait au Vatican, qu'un tremblement de terre aurait eu lieu une semaine avant notre départ et que les élections législatives allaient semer la zizanie.
Nota Bene: 100% des billets jusqu'au 9 mars ont été écrits avant ce jour.
Vale!         
            

samedi, 02 mars 2013

Aujourd'hui difficile de.

ernest-pignon-ernest-naples-recyclage-L-3.jpeg
Ernest Pignon-Ernest
Naples

338/366
Suis allée avec mon morveux voir l'expo Au-delà du street art au musée de la poste de Paris. Il connaît ma passion pour Ernest Pignon-Ernest et je connais la sienne pour Banksy. Difficile de voir ces deux artistes exilés de leur espace urbain. Le mur du musée ne sait plus murmurer et le cadre est oppressant.
La semaine prochaine, je serai dans la région de Naples. Les sérigraphies qu'Ernest Pignon-Ernest y avait collées dans les années 80 ont depuis longtemps disparu. Les portes des Enfers qu'il avait ouvertes se sont refermées. Pourtant quand j'entrerai dans la villa des mystères de Pompéi, l'ocre rouge des murs me renverra inévitablement à son David et Goliath*.
*Reprise du tableau de Caravage; dans le rôle de David, Ernest Pignon-Ernest, dans celui de Goliath, Pasolini à gauche et Caravage à droite.
Bonus: Ernest Pignon-Ernest était, hier, l'invité du Grand Entretien.

vendredi, 01 mars 2013

Aujourd'hui un compliment.

P1080324.jpg

337/366
Compliment: n.m. du latin complere "remplir, completer, achever, parfaire"
Dans un mois, j'achèverai les 366 365 réels à prise rapide: l'année 2013 n'est pas bissextile et la contrainte du 29 février "aujourd'hui jour en trop" est morte dans l'oeuf.
Je vous proposais ici de me concocter les 366 prochains réels à prise rapide. A ce jour, je n'ai reçu qu'une réponse alors que vous étiez quelques-uns à vous frotter les mains et à me dire que j'allais regretter d'avoir fait une telle proposition. Prenez donc ce billet comme un rappel...

jeudi, 28 février 2013

Aujourd'hui froid.

P1070507.jpg

335/366
Le vent de l'est* souffle,
L'araignée a déserté
Ses fils éphémères.

* : personne ne semble avoir pensé à nommer les vents normands. Si j'avais vécu dans les Cévennes, mon vent de l'est se serait appelé agueil ou aiguolas. Quant à Homère, il l'aurait appelé Euros.

mercredi, 27 février 2013

Aujourd'hui est un slogan publicitaire pour vous vendre.

DSC00734.jpg

334/366
Pourquoi voudriez-vous que je me mette en vente? Quelle drôle d'idée vous auriez de m'acheter...

mardi, 26 février 2013

Aujourd'hui machines.

9599317_orig.jpg
Photo de Bernard

333/366
Machine: du lat. machina "astuce, invention ingénieuse"


Machines à café ou à pain
Machines à aspirer ou à congeler
Machines à coudre ou à laver
Ma Chine, mon Japon
Hiroshima ou Fukushima
Machines à broyer ou à calciner


lundi, 25 février 2013

Aujourd'hui moi je.

1010219_2992007.jpg

332/366
Hier, mes deux morveux ont emménagé dans leur nouvelle chambre respective. Inévitablement ils ont fait un tri. Moi, je savais bien qu'allait rapidement se poser la question des albums de littérature jeunesse. Ceux qu'on a lus et relus ensemble. A l'entrée de chaque nuit. En un rituel incontournable. Ceux avec lesquels se jouait quelque chose d'indicible. Ceux qui nous accompagnaient au camping et ceux qu'on ouvrait au sommet après une longue randonnée. Ceux qui sont devenus notre mémoire familiale. Mon fils est descendu, les bras chargés de son enfance et d'une pile aussi haute que lui de tous ceux-là: "Je n'ai plus trop de place sur mes étagères mais je ne veux pas qu'ils quittent la biquetterie. Je te les confie." Ce qu'il venait de déposer sur la table était d'une valeur bien plus inestimable que tous les albums photos et films super 8 réunis.

NADJA-Chien-bleu.jpg

dimanche, 24 février 2013

Aujourd'hui parce que je le vaux bien.

P1080318.jpg

331/366
Aujourd'hui je ne vaux plus grand chose. Nous avons employé hier toute notre énergie pour que les combles reçoivent enfin l'appellation officielle de chambre! Il nous reste aujourd'hui à ranger tous les outils utilisés, dépoussièrer la biquetterie de fond en comble chambre et remercier par ordre d'apparition sur le chantier:
Matthieu qui croyait venir se reposer en Normandie et qui connaît désormais parfaitement la déchèterie de Vironvay,

Manvel et mon Morveux qui ont enlevé l'ancienne laine de verre et posé la nouvelle,
Fabrice qui a posé le velux au-dessus des courbes de la Seine,
Olivier qui a pratiqué avec une grande patience la sculpture de lambris,
Nathalie qui trouvait que c'était vraiment le bazar sur ce chantier et nous redonnait un peu d'espace vital à chaque passage,
Alexis qui a dévoilé la face cachée de la poutre aux cables électriques,
Yvon qui a détourné la tuyauterie,
l'Ours et sa fiancée qui ont menuisé les marches, enlevé l'ancien parquet, posé la ouate de cellulose entre les poutres comme on y cache la manne en prévision des jours où l'Eternel serait moins généreux puis ont recouvert le tout d'OSB,
Moucheron qui, pas une seule fois, ne s'est laissée impressionner par la pièce biscornue,
Les passants sur ces îles qui par leurs commentaires m'ont permis de ne pas trépasser lorsque je ne voyais pas la fin de ces travaux,
A vous tous, merci.

samedi, 23 février 2013

Aujourd'hui musique.


330/366
D'habitude quand les quatre morveux de la biquetterie se mettent à écouter en boucle la même chanson qui sévit sur toutes les ondes et à l'entonner en choeur à tout bout de champ de la cuisine, de la salle de bain et d'une conversation, je finis par sortir le drapeau blanc ou mes albums de Ferré, Brassens et Barbara. One day fait exception.
Hier, en regardant Camille redouble de Noémie Lvovsky, j'ai fredonné Une petite cantate au-dessus d'un juke box -le bistrot qui nous servait de Q.G. après le lycée en possédait un à l'identique- et l'improbable One day au bord d'une piscine dans les années 80.

vendredi, 22 février 2013

Aujourd'hui quelque chose écrit sur un objet.

P1080313.jpg

329/366
Hier je me suis extraite de mes combles, direction l'hypersuperméga temple du bricolage. Haut lieu d'errance et de temps perdu: le rail pour la porte coulissante est là, le panneau de bois, quatre rayons plus loin et les vis à l'autre bout. J'allais oublier l'enduit pour siporex: ma p'tite dame, ce n'est pas là, il vous faut sortir du magasin, traverser le parking, prendre deux ronds-points, vous verrez c'est très bien indiqué. Avant de m'engager dans le parcours fléché, je suis retournée dans le rayon abattants de toilettes. Je vous ramène ces deux specimens: à lire plusieurs fois par jour le premier, on finit sans aucun doute par se suicider la tête enfoncée dans les chiottes, à parcourir l'imbroglio de mots pseudozens du second, on se dit que finalement l'abattant on ne l'abattra plus.

jeudi, 21 février 2013

Aujourd'hui hygiène.

medecine.jpg
La Médecine*, Klimt, 1901

328/366
Hygiène: n.f. du grec Hygeia, fille du dieu de la médecine, Asclépios. Elle invitait les mortels à respecter l'ordre des choses et la terre pour rester en bonne santé. Elle suggérait à tout être vivant le choix des aliments nécessaires à son existence. Soeur de Panacée, du grec pan "tout" et akos "remède".

* Le 8 mai 1945, devant le château d'Immendorf en flammes, il ne s'est pas trouvé un seul homme en possession d'un tant soit peu d'hygiène mentale pour se dire: "ce n'est pas la panacée" et s'emparer d'un seau d'eau.

mercredi, 20 février 2013

Aujourd'hui ce qui pourrait me faire passer pour folle.

1.jpg

327/366
Hier, à l'heure de fermer le chantier pour une courte nuit, cette pensée m'a traversée: troquer ma biquetterie biscornue vieille d'un siècle et demi contre un pavillon bien propre et sans âme, tout juste sorti de terre.
Ce matin, en ouvrant le velux aux odeurs d'enduit et aux idées noires, j'ai renoué avec la vieille batisse: ensemble, nous avons attendu que la Seine dévoile ses courbes au creux du brouillard.

mardi, 19 février 2013

Fragment d'aujourd'hui raconté en fait divers.

b.jpg

326/366
Je pourrais laisser courir votre imagination en vous demandant d'écrire le scénario d'un fait divers qui se déroulerait dans cette pièce en chantier depuis décembre. L'exercice serait fort simple étant donné le nombre de scies au sol ajouté à la dose de fatigue de M. et de la tenancière de ces lieux. Cela pourrait être tarantinesque, version hémoglobine à outrance. Quel gachis, cependant, pour le lambris qui a fait appel à la patience de tant d'amis pour s'adapter à tous les coins et recoins biscornus! En plus vous auriez du mal à ne pas faire gicler le sang sur le nouveau velux qui, cela dit en passant, offre une vue sur la plaine telle que vos instincts meurtriers s'en retrouveraient anéantis si vous preniez le temps d'y jeter un coup d'oeil.


Laissez-moi plutôt vous raconter comment hier, au contraire, la probabilité d'un fait divers a soudain disparu. Pour cela, je vais à nouveau avoir besoin de votre imagination. La première photo vous permet d'entrer dans la pièce, la seconde d'en sortir. Faites maintenant abstraction des marches situées au premier plan. A chaque sortie de chantier, pour peu que la fatigue pesât lourd sur nos épaules, nous risquions de dégringoler la tête la première puis le cul par dessus la tête dans l'escalier. Le fait divers nous attendait avec de plus en plus d'assurance un étage plus bas si l'Ours -cet homme-là trace du trait de charpente comme d'autres s'adonnent aux mots croisés- et sa fiancée n'avaient débarqué, hier, avec un établi, des scies japonaises, un maillet en bois de houx, un vilebrequin, un rabot et des planches de framiré. De ce qui s'est passé dans la rapidité de cet après-midi-là, je ne garde plus que des fragments: le lieu transformé en fabrique à copeaux, la poussière de bois qui se joue des rayons de soleil, les marches qui apparaissent avec une évidence insolente, le rire de l'Ours au-dessus du vide.
En écho au billet d'hier, je pourrais ce matin installer une pancarte:"ça marche".

c.jpg

lundi, 18 février 2013

Aujourd'hui sonnerie.

DSC00002.jpg

325/366
La pancarte déclenche plusieurs interrogations. Pourquoi ne pas avoir réparé la sonnette plutôt que de graver son dysfonctionnement? Admettons que cela convenait aux habitants de cet appartement et qu'ils n'avaient nulle intention de la réparer, pourquoi l'avoir indiqué, alors? Enfin, est-ce parce que le mot sonnette contient déjà un "ne" que le graveur n'a pas jugé utile d'inscrire "sonnette ne marche pas"?

Hier, le soleil donnait à la journée un air de printemps. Nous avons pris les vélos pour rejoindre Louviers par la voie verte déserte. Le grand forum projetait une dernière fois Alceste à bicyclette. Le scénario brinquebale quelque peu mais qu'importe, Luchini lisant Le Misanthrope, tantôt Alceste, tantôt Philinte au fin fond de l'île de Ré met en sourdine tous les autres bémols.
Retour en fin d'après-midi par la même voie verte soudain surpeuplée de familles à pieds ou à patins, de couples tirés par un chien ou poussant la poussette. Au milieu de toute cette humanité s'adonnant à la balade dominicale, il a fallu slalomer et nos ombres envoyées loin sur l'asphalte précédaient le son grippé de ma sonnette.
Une fois retrouvé le silence de la Biquetterie, nous avons lancé Dans ma maison: Luchini dans le rôle de Germain Germain, professeur de français qui façonne la plume d'un de ses élèves.
Dans la dernière demi-heure, on a frappé au carreau: les amis qui avaient décidé de faire un crochet par chez nous savent bien que c'est ainsi qu'on manifeste son arrivée. Seul le livreur occasionnel laisse son étonnement sur l'avis de passage dans la boîte aux lettres: "pas de sonnette?".

dimanche, 17 février 2013

Aujourd'hui certitude absolue.

DSC02144.JPG
L'origine du monde, Courbet

324/366
Si vous rajoutez une tête à l'Origine du monde, ce ne sera plus qu'une femme nue parmi tant d'autres.

samedi, 16 février 2013

Aujourd'hui liste à faire demain sans faute.

P1050757.jpg

323/366
Un temps de vacance s'ouvre aujourd'hui. Demain, je desserrerai la trame du jour après cet enchaînement de semaines emmaillées les unes aux autres.

vendredi, 15 février 2013

Aujourd'hui serrer.

6523701_orig.jpg
Photo de Bernard
Cliquer sur la photo pour admirer
les Umbilici Rupestres

322/366

L'assemblée des Umbilici Rupestres qui s'est tenue à fleur de coque du Côte d'Emeraude a rendu public, ce matin, le résultat de son vote. Après dix jours d'une bataille intense menée par une poignée de députés Umbilici Moderati Patricii, l'assemblée a adopté en première lecture, par 329 voix contre 229 -on remarquera que le scrutin n'a pas été serré- le projet de loi selon lequel le seul nom vernaculaire qui la désignerait serait Nombril de Venus*.
NDLR: nous ne doutons pas que le second nom qui était proposé, oreille-d'abbé, fera la une de vos quotidiens le mois prochain.

jeudi, 14 février 2013

Aujourd'hui action de votre corps, que des verbes.

0.jpg
Photo de Bernard

321/366
Soulever une paupière puis une autre. Se rendre à l'évidence: l'une est prête à pétiller d'un bout à l'autre du jour naissant, la seconde se prélassera dans ses bas fonds. D'ailleurs, elle n'est pas d'humeur à se laisser décrire par une cohorte de verbes, sous prétexte de contrainte.