Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 décembre 2012

Aujourd'hui phrase que l'on m'a dite.

DSC02451.jpg

251/366
Ce matin, à peine sortie de sous la couette, elle s'est enveloppée de deux pulls, a hésité puis a renoncé à son bonnet tibétain, s'est précipitée près de la cheminée. Geste illusoire: les cendres d'hier n'avaient pas été ranimées. A entouré sa tasse fumante de café dans l'espoir de réchauffer au moins ses mains. M'a regardée et a grommelé: fait froid ici. Et elle avait parfaitement raison: le thermomètre indiquait 12°. Pour raison de Défi familles à énergie positive, j'avais coupé la chaudière hier soir avant d'aller me coucher.

jeudi, 06 décembre 2012

Aujourd'hui un secret.

 

P1070903.jpg

250/366
Nous aurions pu nous donner rendez-vous au bord d'une pièce d'eau. Vous m'auriez reconnue avec ma tête de bacchante indigotière. Je me serais demandé quelle tête vous aviez. Nous nous serions assis sur le froid métal de l'alignement des fauteuils, le dernier arrivé aurait pris la chaise. En l'attendant, nous aurions sans doute souri au hasard de la mise en scène  du couple là-bas. Nous aurions parlé du grésil d'hier, de la neige de demain peut-être. Une fois tous réunis, nous aurions parlé de nos blogs. De l'écriture toujours remise sur l'établi du nouveau billet. Au vent plus pregnant, nous aurions su qu'il était déjà l'heure de partir. Le temps passe toujours plus vite à cette saison et le jardin public ferme avant la nuit. Avant de regagner chacun nos espaces, je ne sais si j'aurais eu l'audace de vous le dire. De peur d'y déceler une certaine prétention. Vous remercier d'être ces passants sur mes îles. Je me serais peut-être tu.

mercredi, 05 décembre 2012

Aujourd'hui masques et attitudes.

P1060810.jpg

249/366
2 mai 2012: ce jour-là, il y avait eu des masques -visages blafards, sourire et moustache étirés jusqu'à la fissure- et l'indignation battait le pavé. Il y avait eu une étrange correspondance aussi entre la foule amassée sur les marches de l'opéra Bastille et l'affiche de l'opéra qui se jouait alors.
Aujourd'hui, je ne sais plus très bien ce qui reste de nos colères. Pourtant, tôt le matin, la radio répète le même refrain du rien ne va en ces temps de crise.

P1060833.jpg

mardi, 04 décembre 2012

Aujourd'hui jeu de société partant d'une case départ.

P1070865.jpg

248/366
Vous êtes ici: disons que c'est la case départ. Vous pouvez avancer d'une case. Vous pouvez aussi essayer ce grand jeu de notre société: avancer de deux cases puis reculer de trois.

lundi, 03 décembre 2012

Aujourd'hui une coupe franche.

P1070869.jpg

247/366
A partir d'aujourd'hui et jusqu'en avril, la biquetterie participe pour la deuxième fois au Défi Familles à Energie Positive. Le principe: réduire notre consommation en gaz, électricité et eau. Une interrogation cependant: l'année dernière nous avions réduit toutes nos factures de 12% et ce, sans nous brancher sur le compteur des voisins et sans trop de grincements de dents de la part des quatre ados. Je ne vois pas trop comment nous allons réussir la même baisse cette année. Où pouvons-nous encore effectuer une coupe franche? Nous pourrions certes aller puiser l'eau au ruisseau, renoncer à l'électricité pour nous éclairer à la bougie et manger froid pendant les cinq mois à venir. Une seule objection: j'ai encore 119 réels à prise rapide à rédiger au petit jour.

dimanche, 02 décembre 2012

Aujourd'hui la beauté à cet endroit précis.

P1070985.jpg

246/366
Cette semaine, je suis retournée avec mes biobios de 6ème sur la terre des Hauts Prés. Ils ont posé, aux trois entrées du champ captant, des panneaux dotés d'un humour injonctif certain. Pour renseigner le passant. Puis, tout en se bal(l)adant, ils ont remplis des sacs: 450 l de déchets. Nous verrons bien, lors de notre prochaine visite en février, si la semelle des passants est devenue plus respectueuse. 
C'est aussi en ces terres que la fulgurance de la beauté du monde avait choisi ce jour-là la nudité d'un peuplier.


P1070965.jpg

samedi, 01 décembre 2012

Aujourd'hui en retard.

P1070906.jpg

245/366
Lettre ouverte à M. Hollande
Monsieur,
A compter d'aujourd'hui vous avez très exactement 53 jours de retard et tout nouveau jour qui s'écoulera viendra se rajouter sur votre âme et votre conscience.
Le 9 octobre 1981 - soit cinq mois après les élections présidentielles - la France abolissait la peine de mort et au fronton de nos mairies le mot fraternité trouvait ce jour-là une résonnance particulière. Il est vrai que le gouvernement avait alors dans ses rangs un juste: Robert Badinter. Dans la tête de la gamine de douze ans que j'étais alors, elle m'avait semblé si simple, la réalisation de la promesse électorale.
Le 9 octobre 2012 a, depuis 53 jours, refermé ses portes et vous semblez oublier qu'au fronton de nos mairies, chaque jour qui passe noircit un peu plus le mot égalité. Non seulement vous laissez la parole à tous les râcleurs de fonds de casseroles que compte notre pays mais en plus vous vous prêtez à ce dangereux jeu de verseur d'huile sur le feu: "la liberté de conscience" laissée aux maires.  Dans la tête de la femme de quarante-trois ans que je suis aujourd'hui, cela me semble si compliqué, ce passage au mariage pour tous, que j'en viens à douter qu'il ait lieu un jour.
Vous ne pouvez tergiverser plus longtemps. Un pas en avant, trois pas en arrière n'a jamais fait avancer personne. Pour engager un changement ici et maintenant, il faut faire preuve de quelque folie audacieuse.
Demain, Monsieur, vous aurez 54 jours de retard.
La Bacchante
P.S. Dans l'attente de vous voir réagir, je m'en vais répondre à la proposition de Causette dans son édito du numéro de décembre. "Je vais pour cela prendre mon petit rouleau de sparadrap et allez scotcher deux parenthèses au fronton des bâtiments publics, de part et d'autre de ces sept lettres."

vendredi, 30 novembre 2012

Aujourd'hui le prix à payer.

P1070883.jpg

Exposition Ernest Pignon-Ernest à Pont l'Evêque

244/366
Déconcertante exposition à Pont l'Evêque, en ce moment: Ernest Pignon-Ernest - le passant des marches du sacré-coeur, des rues de Naples, des no man's land gardant les chekpoints israëliens, des façades éventrées d'immeubles, des marchés de Soweto - immobilisé entre les quatre murs d'un musée. Et avec lui, le poète aux semelles de vent.


"Cher Monsieur
Votre lettre m'a surpris: qu'attendiez-vous en partant? À moins de rester au loin, nul moyen d'éviter cette amertume du retour. La souffrance est toujours le prix à payer lorsque l'on cherche l'inconnu -et plus encore lorsque l'on se veut «Damné». Mais dites-vous qu'au moins, vous avez vu! Bien à vous."
Rimbaud

jeudi, 29 novembre 2012

Aujourd'hui rues.

1.jpg
Edition de 1946

243/366
Je suis tombée sur ce livret dans un bistrot perdu au fin fond de la Suisse Normande. Mon oeil avait d'abord lu sur la couverture un volcan en éruption, répandant ses braises tout autour. Une fois habitué à la perspective approximative, il a accepté d'y déceler une route bordée de platanes.
Laissons-là ce paysage bucolique pour admirer l'agglomération selon Monsieur Dumont.

366 réels à prise rapide
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Quand on arrive à Vatan, j'imagine qu'effectivement on n'a qu'une envie: s'en aller. Surtout si vous avez le malheur de vivre dans la bicoque qui inévitablement deviendra un rond-point à l'ère des temps modernes.
Imaginons pour l'instant que vous rentrez chez vous.
Vous êtes le véhicule noir de la situation 2. Soudain le conducteur du véhicule jaune se met à agiter frénétiquement son bras par la fenêtre ouverte. Pourquoi?

1. Il pleut ce jour-là et il actionne ses essuie-glace.
2. C'est un vieux copain d'enfance et vous ne vous êtes pas revus depuis que cette fichue guerre vous a envoyés sur le front.Il essaie d'arrêter sa voiture pour faire un brin de causette.
3. Il indique qu'il va tourner à droite.

366 réels à prise rapide
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Bonus tout spécialement pour Topa!

366 réels à prise rapide
Cliquer sur l'image pour l'agrandir


mercredi, 28 novembre 2012

Aujourd'hui détails au plafond.

P1040043.jpg

242/366
J'aurais voulu vous montrer quelques détails du plafond de ma salle de cours: les trous, les fils électriques apparents, des citations d'auteurs patafixées ça et là qui tentent tant bien que mal de cacher la misère et un hommage à la bibliothèque de Montaigne. Encore eut-il fallu que je prisse une photo.
En remplacement, ce plafond d'une librairie bretonne: entre le mouton et le cadre se joue un potentiel drame à côté duquel mon idée de départ aurait fait pâle figure.

mardi, 27 novembre 2012

Aujourd'hui armé comme le béton.

P1070972.jpg

241/366
Hier sur les Hauts Prés, aucune armature n'aurait pu me protéger de la beauté du monde. Aucune armure non plus. Rafales de pluie et ciel chargé de nuages noirs. Et le soleil en intermittent du spectacle. A chaque apparition, il a illuminé la nudité grisâtre du peuplier. Je suis restée là, comme on regarde un feu d'artifice au coeur d'une nuit d'été. Me demandant à quelle flamboyance j'allais assister la fois d'après.

lundi, 26 novembre 2012

Aujourd'hui une bonne chose de faite.

P1070952.jpg

240/366
Hier, je suis allée me bal(l)ader sur le blog d'Yves. Il avait photographié son abricotier avant que les rafales de la nuit ne le transforment tout en bois.
Cela faisait quelques jours qu'à chaque fois que je passais devant la vigne toute en lumière je me promettais de la mettre en boîte avant que le vent ne la transforme toute en sarment. C'est une bonne chose de faite.

dimanche, 25 novembre 2012

Aujourd'hui tête pleine de.

P1070912.jpg

239/366
C'est là un principe physique ou une pensée philosophique: toute tête pleine de finira tôt ou tard par se vider.

samedi, 24 novembre 2012

Aujourd'hui j'étais un animal quand.

366 réels à prise rapide,portrait chinois,tous cobayes

238/366
Si j'étais un île, je serais Indigo
Si j'étais un gratte-ciel, je me courberais un peu pour laisser les nuages passer
Si j'étais un des cinq éléments, je regretterais les quatre autres
Si j'étais un barrage, j'ouvrirais grand mes vannes
Si j'étais un écrivain, trouverais-je le temps de me bal(l)ader encore ici?
Si j'étais une forêt, je demanderais au premier arbre de ne pas cacher tous les autres
Si j'étais un arbre, je porterais la trace du G.R. sur mon tronc
Si j'étais un fruit de mer, je trouverais incongru mon nom
Si j'étais un animal,je ne voudrais surtout pas être une rate testeuse d'OGM.

Suis allée voir hier le documentaire Tous cobayes. On ne pourra pas dire à nos enfants que nous ne savions pas quand ils nous poseront la question.


vendredi, 23 novembre 2012

Aujourd'hui séduction de.

P1070914.jpg

237/366
Calme de la Gorgone
avant l'engloutissement,
passant médusé.

jeudi, 22 novembre 2012

Aujourd'hui suffirait de trois fois rien pour que.

P1070862.jpg

236/366
Aujourd'hui suffirait de trois fois rien pour que cette photo reçoive le titre d'Origine du monde.

mercredi, 21 novembre 2012

Aujourd'hui une chance.

366.jpg

235/366
Aujourd'hui c'est une chance que la contrainte ne soit pas entortillée comme celle d'hier. Elle me laisse la liberté d'écrire dans la marge et d'y déposer une colère.
Que s'est-il passé dans la tête de certains de mes élèves vendredi soir? Dans la matinée, T., un petit gars du voyage scolarisé chez nous leur avait dit, comme on partage un bonheur, que ses cousins allaient venir le chercher à la fin des cours. Toute la journée, la rumeur a pris forme, s'est nourrie d'elle-même, s'est mise à enfler, à gonfler, s'est réjouie de prendre de telles proportions. A 17h, elle avait la grande satisfaction de dire cela, la rumeur: les gitans, armés jusqu'aux dents allaient venir les égorger. Certains sont sortis avec leur compas dans leur poche, d'autres leurs ciseaux, prêts à en découdre.
Lundi matin, nous avons effectivement décousu tout cela: la peur de l'autre qui peut faire battre le coeur avec une certaine jubilation, les préjugés. J'ai demandé si leur mémoire avait fait des confettis de l'album lu en début d'année, Ogre, cacatoès et chocolat de Cécile Roumiguière et Barroux. Pourtant, ils m'ont raconté l'ogre tapi dans son ennui et dans la forêt. Il a une sale réputation, l'ogre. Dans la bouche des mères, c'est le monstre avec toute sa cohorte de on dit. D'ailleurs, sur la page, il est énorme, noir et difforme. Ils se sont souvenus de Manon, la collectionneuse de bouts de papiers et de mots improbables. De leur rencontre. De la parole qui a ce pouvoir de percer la baudruche des peurs collectives d'un coup d'aiguille. De Barnabé -c'est l'ogre épouvantable de la première page mais maintenant il a un nom- qui sur la dernière page a une taille humaine.

51dzsOxZKQL._SL500_AA300_.jpg


Je crois désespérément au pouvoir des mots. Rien ne m'est plus insupportable que ces situations qui s'enlisent parce que la parole n'est plus possible. Dans mon sac, ce matin, je rajouterai une pile de Dans les yeux d'Angel de Cécile Roumiguière. Je le prêterai à qui voudra le lire. Angel ou T. Que ce roman puisse les faire avancer.

Dans-les-yeux-dAngel5.jpg

mardi, 20 novembre 2012

Aujourd'hui manger, boire, fumer, respirer, consommer.

P1070856.jpg

234/366
Une contrainte comme celle-là, ça me donne juste envie d'entreprendre un jeûn jusqu'à demain, de continuer de boycotter les grandes surfaces sans date limite de rebellion, de retenir mon souffle jusqu'à la dernière ligne.
Cela étant dit, je remercie Colo pour les graines de tomates espagnoles envoyées: au printemps, j'en ferai des semis qui rejoindront le jardin des possibles. Le prochain automne, j'accrocherai des torsades, dans la cuisine, de cette fameuse variété. Quand nous les cuisinerons, il y aura un peu de cette terre indignée sur notre table.
Le lecteur attentif aura remarqué que je me suis bien gardée d'évoquer deux des verbes de la consigne. Je lève donc mon café clope à cette journée.

lundi, 19 novembre 2012

Aujourd'hui une lumière.

P1070935.jpg

233/366
A Dom-Dom
Les nuits sont longues à cette époque de l'année. Elles s'étalent de plus en plus sur le jour. J'attends le solstice d'hiver, avec moins d'impatience cependant que les années précédentes. J'accepte ce passage par l'obscurité. Je me lève très tôt le matin parce que le jour est encore à venir. La nuit en devient plus acceptable.

dimanche, 18 novembre 2012

Aujourd'hui c'est parfois si simple de.

P1070840.jpg

232 / 366
Je dédie le billet du jour au patron du grain de café et à Béné. Quand ils ont appris que j'avais prédit le Goncourt des lycéens, ils m'ont demandé de faire de même avec leur vie...
Ce qui se passera: c'est parfois si simple de s'en faire une montagne ou une forêt dense et drue, qu'il peut être tout aussi simple de se mettre en route avec la certitude que le chemin se dégagera, jour après jour.

samedi, 17 novembre 2012

Aujourd'hui des bas des hauts.

P1070828.jpg
en bas

P1070818.jpg
en haut

231/366
Et au milieu ma journée.

P1070830.jpg



vendredi, 16 novembre 2012

Aujourd'hui comme un fil d'Ariane.

P1070817.jpg

230/366
J'accrocherai au tranchant du barbelé le fil d'Ariane et de mes pensées. Le sentier recevra mon pas et ma tête vide. Oui, je ferai cela, à la pointe du jour.
En attendant, dans le dernier repli de la nuit, je m'adonne une fois encore à La vérité sur l'affaire Harry Quebert.

jeudi, 15 novembre 2012

Aujourd'hui dans le rôle principal il y a.

la-verite-sur-l-affaire-harry-quebert_galleryphoto_portrait_std.jpg

229/366
6h00
Aujourd'hui, il se pourrait bien que ce roman-là détienne le rôle principal, en se voyant décerner le Goncourt des lycéens. Je mettrais bien ma tête à couper si je n'en avais pas besoin pour en finir la lecture.
Il a tout d'un polar: 2008, quelques mois avant l'élection d'Obama. Markus Goldman, après le succès retentissant d'un premier roman, est confronté à la page blanche qui le reste. Il accepte l'invitation de son maître et ancien professeur, Harry Québert, à venir le rejoindre à Aurora pour trouver l'inspiration. Elle lui est donnée lorsque dans le jardin est découvert le corps d'une jeune fille disparue trente ans auparavant. Ainsi débute l'affaire Québert. Vous n'avez plus qu'à espérer avoir assez de temps où l'on vous fiche la paix pour arriver prestement à la dernière page de ce thriller à la Capote.  
En cours de route vous remarquerez peut-être que les chapitres sont numérotés de 31 à 1, en une longue remontée de la mémoire. Trente et un conseils donnés par le maître au disciple comme autant de clés pour essayer de circonscrire ce que c'est que cet étrange acte qu'est l'écriture.
A suivre...

15h00
Cet après-midi, entre deux cours, je regarde s'il y a du nouveau sur la toile. Rien n'apparaît encore. Puis le message de Lora* tombe: la vérité sur l'affaire Harry Québert vient de recevoir le Goncourt des lycéens!!!  

mercredi, 14 novembre 2012

Aujourd'hui un engagement.

B4M1D00Z.jpg
Hopper, portrait of Orleans

228/366
Je m'engage demain matin à vous donner le titre du roman qui se verra décerner le Goncourt des lycéens dans la journée.

mardi, 13 novembre 2012

Aujourd'hui pas de place pour.

P1070858.jpg

227/366
Ce matin, j'envie la solitude de cet arbre.
J'ai repris mes cours et soudain la place pour randonner, lire et écrire s'est amoindrie comme peau de chagrin.
Entre deux préparations de cours, suis allée voir ce qu'on disait sur. J'avais envie de lire une tribune qui démonte tout cet argumentaire de pacotille bien-pensant bien-pansant. Justement Virginie Despentes prend l'espace de répondre à Lionel Jospin.
Et puis, s'il vous reste un peu de temps,avant de retourner au charbon, vous pouvez jouer au grand bingo du mariage.

lundi, 12 novembre 2012

Aujourd'hui derrière une porte.

P1070868.jpg

Ce n'est pas parce qu'on dit "fermez la porte, il fait froid dehors" qu'il fera plus chaud dehors quand la porte sera fermée.
Pierre Dac, encore.

226/366
De l'autre côté de la porte, tout est-il aussi uniformément violet, le bouquet sur la table, les tasses dans le buffet et les cadres accrochés aux murs?

dimanche, 11 novembre 2012

Aujourd'hui pierre à pierre.

P1070902.jpg

Il n'y a rien de plus difficile à consoler qu'un paysage désolé.
Pierre Dac

225/366
On avait construit le bassin, pierre à pierre. Suffisamment large pour déposer autour un nombre conséquent de sièges verts. Suffisamment étroit pour y ressentir quand même une certaine intimité. On avait ajouté des allées d'arbres. Rectilignes comme si souvent les allées d'arbres dans le jardin public. Alors, pour contrer la droiture de leur reflet dans l'eau, on avait ouvert les jets. On avait aussi cédé à la tentation de poser sur l'autre rive, une statue. Vénus ou Aphrodite, elle serait ce jour-là, pudique. Le regard tourné vers une congénère, là-bas.
Tout avait une place. Il suffisait d'attendre qu'un couple de passants rejoignît la nonchalance des deux fauteuils.

La chance, c'est une question de veine.
Pierre Dac, toujours.

samedi, 10 novembre 2012

Aujourd'hui une personne insignifiante. Vraiment?

P1070770.jpg

224/366
Alabama blues
. Je pressens en ouvrant le dernier roman de Maryvonne Rippert que le chemin depuis Métal Mélodie n'a pas été de toute quiétude. Faut dire que sa Mélodie avait raflé tous les prix de littérature jeunesse, avec une évidente impertinence. Laissant son auteure étonnée. J'imagine que certains soirs, on doute de trouver la blue note pour le suivant.

Alabama blues, ce sont Les Chics Types qui lui ont apporté l'idée de départ -créer un roman avec sa B.O., à huit mains- sur lequel elle a tissé sa trame.
Alabama blues
. Aux premières pages, je ressens le même désappointement qu'avec Métal Mélodie. Les personnages sortent très vite des coulisses. Une fois encore, elle prend le risque qu'on ne s'y attache pas. Ceux-là trouveront-ils le tempo pour former The Band? Lou, le gamin désorienté qui oscille entre ses familles recomposées, Lou la gamine qui menace de réduire en poussière le dentier du premier qui l'importunera, Les Chics Types qui répètent à la MJC et Dexter. Dexter, le joueur de jazz de la place de Paris. Dexter, le survivant d'une Louisiane engloutie par l'ouragan. On sent bien que sa présence a un sens. Qu'à ses côtés, il n'est pas possible de s'obstiner dans ses certitudes et ses désespérances. Il faut aller de l'avant, trouver sa note. A ce moment-là, les réticences des premières pages se sont évanouies et on aimerait que la lecture dure un peu plus qu'une matinée passée sous la couette alors que des trombes d'eau s'abattent sur les carreaux.

366 réels à prise rapide,alabama blues,maryvonne rippert,métal mélodie



vendredi, 09 novembre 2012

Aujourd'hui hommes et femmes.

P1070810.jpg

223/366
Le sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari, goncourtisé.
Dans les jours qui viennent, vous allez en lire tant et plus des critiques littéraires qui vont essayer de parler du bistrot corse, des hommes et des femmes qui s'y arrêtent pour projeter, de leur chute inévitable.
Vous aurez l'embarras du choix. Les qui auront trouvé un chemin et s'y promèneront comme sur une avenue. Les qui heurteront les parois de leur propre labyrinthe et qui clameront que cette oeuvre-là résiste. Les qui la presseront comme un citron et brandiront la pauvre écorce, victorieux.  Les qui l'empaquetteront avant de passer à la suivante.
Je ne me prêterai pas à ce jeu. J'aurai bien trop peur de ne pas réussir à rendre au roman les frémissements tremblés qui m'ont traversée à sa lecture. Je déposerai seulement ici un lien: l'auteur y parle de son roman, avant tout ce chambardement.
Quant à moi, je retourne à la lecture de Où j'ai laissé mon âme.

366 réels à prise rapide,sermon sur la chute de rome,jérôme ferrari,où j'ai laissé mon âme


jeudi, 08 novembre 2012

Aujourd'hui ça a l'air vieux mais.

P1070789.jpg

222/366
Oui, ça a l'air vieux comme le monde -sans mais aucun- ce qui vient de se passer sur les ondes internationales ces derniers jours: jouer à se faire peur. Toutes le donnaient perdant ou tout du moins, pour qu'un suspense subsiste, le mettaient au coude à coude avec l'effrayant Mormon. Elles ont même réussi à effrayer Zoé sous son arbre à palabres. Pourtant elles n'avaient pas pu ne pas entendre parler des prédictions de Nate Silver: Obama serait réélu, fingers in the noise. Elles ont préféré se laisser séduire par les attraits du "et si on se faisait peur pour de vrai". Ah blandices, quand vous blandissez!