Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 22 décembre 2012

Aujourd'hui provisoire qui dure.

P1050148.jpg
Pompéi, maison de la Venus au coquillage

266/366
Notre vieille terre serait donc du provisoire appelé à durer encore un peu. D'aucuns voulaient finir leur existence dans la violence collective d'une apocalypse prophétisée. Après la déception du grand soir qui s'est décommandé faute de s'être programmé, ils vont rejoindre le commun de leur existence et leur vie manquera sans doute de piquant et de poivré.
Savent-ils seulement qu'avec un peu de tenacité, ils ont ce potentiel de mettre fin à ce provisoire qui dure? Il suffirait pour cela de continuer, en accélérant légèrement la cadence, de transformer les terres arables en parkings de supermarché; en attendant que tout soit bitumé,  il suffirait de demander à l'Etat de subventionner exclusivement les projets O.G.M. et quelques centrales nucléaires livrées avec fissures.  Pour sûr, ils finiraient par la vivre, leur dernière heure. Mais ce soir-là, les astres et les comètes salueront notre limite enfin atteinte d'un silence indifférent.

vendredi, 21 décembre 2012

Aujourd'hui il paraît que.

P1080064.jpg

265/366
Aujourd'hui il paraît que beaucoup vont jouer à se faire peur. Pas mécontente de ne pas travailler le vendredi. Je n'ose imaginer à quoi vont ressembler les cours au collège quand dans la marmite bouillonnent une veille de vacances et la fin du calendrier maya...
Aujourd'hui il est certain que c'est le solstice d'hiver. Une promesse de lumière enfin rendue. Au lever du jour, l'érable l'annoncera à la Morte Eure et elle s'en trouvera soudain vivifiée.

jeudi, 20 décembre 2012

Aujourd'hui collection de regards.

366 réels à prise rapide

264/366
Au regard de la journée d'hier, je vais tenter aujourd'hui de me prémunir contre le mauvais oeil. Faire appel au remède de ma grand-mère: ouvrir grand la main contre ma poitrine et utiliser ainsi le chiffre cinq en bouclier contre les regards noirs, les chargés de, les qui décochent et les qui fusillent. Ne laisser passer que les regards d'intelligence, en coin, sur le monde, les qui embrassent et les qui interrogent.

mercredi, 19 décembre 2012

Aujourd'hui le sens de l'adaptation.

1.jpg

263/366
Si vous proposez à votre morveux de rejeton une rando du côté d'Etretat, c'est que vous vous posez cette question cruciale: que possède-t-il en plus grand nombre, entre les hormones et les neurones? Empruntez le GR fouetté par les vents, une fois la fontaine aux mousses dépassée, descendez par le chemin à flanc de falaise pour rejoindre la valleuse du curé. Commentez avec le morveux en question la beauté du paysage, mine de rien. Laissez-le accélérer le pas jusqu'en bas qu'il découvre le panneau indicateur adapté par d'autres.  Si, une fois que vous avez, vous aussi, rejoint le niveau de la mer, ça donne ce qui suit, vous avez obtenu la réponse à votre question de départ...

2.jpg

 

3.jpg

mardi, 18 décembre 2012

Aujourd'hui ce que j'ai laissé tomber.

5.jpg


262/366
Les ombres de la passiflore et du photophore, je les ai accrochées au mur de peur de les voir tomber.

lundi, 17 décembre 2012

Aujourd'hui un pli.

4.jpg

261/366
L'ombre se déplie.
Atteindra-t-elle le saule
Avant la nuit?

dimanche, 16 décembre 2012

Aujourd'hui tissus.

Epidemies.jpeg
Ernest Pignon-Ernest, Naples

260/366
Au carrefour, la béance du papier,
Porte cochère vers les Enfers.
Un homme décharné,
le corps rendu à la ramification de ses os
le pagne posé en ultime pudeur,
traîné plus que porté
par l'acharnement d'un autre
qui un jour sera lui aussi
les bras ballants.

... et sur ma table, le chant VI de L'Enéide de Virgile, La porte des Enfers de Laurent Gaudé et le parcours napolitain d'Ernest Pignon-Ernest.

samedi, 15 décembre 2012

Aujourd'hui il faudrait crier.

Marathon-des-signatures.jpg

259/366
Aujourd'hui semble vouloir s'inscrire dans la continuité d'hier.
Je ne sais si la pétition à cette capacité de donner de la voix à nos cris. Si c'était le cas, elle se serait sans doute appelée une conclamation, la pétition. Pour l'instant, elle est juste une demande formulée dans un langage châtié, enrobée de toutes les formules d'usage. Au cas où elle aurait un pouvoir sur les atteintes faites aux droits de l'homme de part le monde, je relaie ici le marathon des signatures d'Amnesty International.

vendredi, 14 décembre 2012

Aujourd'hui gens sans importance.

gens.jpg
Ernest Pignon-Ernest
Un clic et la photo s'agrandit.

258/366
A ces gens sans importance, Ernest Pignon-Ernest a offert, en 1995, la solitude d'un théâtre de poche pas plus grand qu'un cercueil de verre: la cabine téléphonique. Affiche sous la défense d'afficher. Et ces mots de Jean Rouaud, d'eux à nous.
"Regardez-les, prostrés, vidés, étonnés
Que ce soit si dur à vivre une fois qu'on est né
Lançant un cri qui ne sait plus briser les verres
Ni même se faire entendre dans ces micro-déserts,
Cherchant désespérément la formule magique
Dix numéros gagnants dans cette foutue carte magnétique,
Regardez-les (...)
Sonnés, écroulés, sur le sol de la cabine, sans pleurs,
Ayant renoncé à vouloir le bonheur avec l'argent du beurre,
(...)
Et tellement reconnaissables, tellement des nôtres
Buvant la tasse comme parfois nous autres,
Qu'on se demande ce qui parfois nous retient d'appeler Rosa, la rose
D'apporter une épaule à celle qui ne tient debout que par son front appuyé
Comme une attache au tableau, un clou dans une tête décérébrée
Et voyez quand on les décroche, comme ils rompent ce garde-à-vous,
Cette station droite qu'on exige de nous
Pour qu'on mérite l'appellation d'homme et de femme
Pour qu'on sorte du singe et qu'on nous accorde une âme,
Voyez comme ce n'est pas si naturel ce pari vertical
Voyez comme notre vie parfois ne tient qu'à un fil
Comme celui auquel se suspendit Nerval
Un soir, en pleine lumière, dans la multitude de la ville."

pignon.jpg
Les cabines

jeudi, 13 décembre 2012

Aujourd'hui irréel.

1.jpg


257/366
Hier il a gelé à pierre fendre. Les flaques d'eau en ont profité pour dessiner les contours d'une terra incognita fantômatique.

2.jpg

3.jpg

mercredi, 12 décembre 2012

Aujourd'hui est un conte de fée.

P1070915.jpg

256/366
Puisque nous sommes le 12.12.12, ne rechignons pas devant quelques alexandrins fort mal enjambés...
Est-ce là une des femmes de Barbe Bleue
ou dans
sa vitrine dormante une Belle ?

mardi, 11 décembre 2012

Aujourd'hui reproches.

P1070900.jpg

255/366
1. Prenez quatre personnes. Pour que la démonstration soit plus convaincante, intégrez-vous dans le groupe. Faites naître en elles l'envie d'aller voir une expo parisienne. Hooper par exemple. Inévitablement, vous allez vous retrouver dans la file d'attente à former un cercle dont le diamètre ne dépassera pas le mètre.
2. Laissez la proximité précédente se déliter. Vous vous retrouverez peut-être seul à attendre tandis que les autres iront se dégourdir les jambes ou se rafraîchir l'arrière-train sur un banc de pierre.
3. Laissez les portes du musée s'ouvrir. Vous verrez inévitablement vos quatre congénères vous rejoindre. Le diamètre du cercle se sera encore rétréci. Laissez monter en vous cette pensée: en 1, ils étaient proches, en 3, ils sont re-proches et ne tarissent pas de remerciements à votre égard.
CQFD

lundi, 10 décembre 2012

Aujourd'hui de l'eau.

 

DSC00493.jpg
Photo de Moucheron


254/366
Hier matin, à l'heure où le regard ne voit pas encore clairement ce que le pied fait, je suis partie courir. J'aime par dessus tout cette heure où le monde et les colères somnolent encore. Parvenue en haut des côteaux, j'ai contemplé la lune qui renâclait à laisser sa place. Elle voulait encore un matin se mesurer à celui qui déjà embrasait la vallée avec une douce insolence. Quelques mésanges, sur leur branche gelée, se marraient  de cette lutte toujours recommencée. La Seine s'est immobilisée, comme tous les matins, pour accueillir le dernier reflet de l'une et le premier rayon de l'autre. Dans mon I-machin, c'était un air marin qui se jouait de mes écoutilles: François Busnel, dans Le grand entretien, recevait Michel Butor pour Le long de la plage, recueil à quatre mains avec le pianiste Marc Copland.
Je n'ai pas trouvé trace du poème sur la toile. Je le retranscris ici, en espérant ne pas avoir trop malmené le vers. Vous pouvez aussi l'écouter ici, il se niche entre la 16ème et la 17ème minute.

Air marin

La vague dit à la vague
Recouvre-moi
Je m’assèche
Je ne trouve plus mes algues

Je ne racle que gravier
Encore une autre après toi
Je retrouve ma vigueur
Et m’enfonce en l’océan

L’épave dit à l’épave
Unissons nos abandons
Dans tes bols de porcelaine
Je verserai mon porto
Et l’ivresse des poissons
Communiquera nos plaintes
Aux ermites des récifs

 

dimanche, 09 décembre 2012

Aujourd'hui j'écris en CAPITALES un projet minuscule.

366 réels à prise rapide,bled

253/366
CHERCHER L'ETYMOLOGIE DE BLED.

 

P1070877.jpg

samedi, 08 décembre 2012

Aujourd'hui foule.

1.jpg

 

2.jpg

 

3.jpg

252/366
Foule n.f. du lat. pop. fullare "fouler une étoffe", d'après fullo "foulon"
Hier, dans la solitude de mon vendredi, assise au bord de la cheminée, la table basse recouverte de tout le travail à abattre, j'ai, par intermittence, posé mon regard sur le balancement des loungta. Les chevaux de vent caressés par le premier rayon puis foulés par une tempête de neige ont retrouvé le soir venu la douceur du soleil qui meurt au-dessus de l'horizon.

vendredi, 07 décembre 2012

Aujourd'hui phrase que l'on m'a dite.

DSC02451.jpg

251/366
Ce matin, à peine sortie de sous la couette, elle s'est enveloppée de deux pulls, a hésité puis a renoncé à son bonnet tibétain, s'est précipitée près de la cheminée. Geste illusoire: les cendres d'hier n'avaient pas été ranimées. A entouré sa tasse fumante de café dans l'espoir de réchauffer au moins ses mains. M'a regardée et a grommelé: fait froid ici. Et elle avait parfaitement raison: le thermomètre indiquait 12°. Pour raison de Défi familles à énergie positive, j'avais coupé la chaudière hier soir avant d'aller me coucher.

jeudi, 06 décembre 2012

Aujourd'hui un secret.

 

P1070903.jpg

250/366
Nous aurions pu nous donner rendez-vous au bord d'une pièce d'eau. Vous m'auriez reconnue avec ma tête de bacchante indigotière. Je me serais demandé quelle tête vous aviez. Nous nous serions assis sur le froid métal de l'alignement des fauteuils, le dernier arrivé aurait pris la chaise. En l'attendant, nous aurions sans doute souri au hasard de la mise en scène  du couple là-bas. Nous aurions parlé du grésil d'hier, de la neige de demain peut-être. Une fois tous réunis, nous aurions parlé de nos blogs. De l'écriture toujours remise sur l'établi du nouveau billet. Au vent plus pregnant, nous aurions su qu'il était déjà l'heure de partir. Le temps passe toujours plus vite à cette saison et le jardin public ferme avant la nuit. Avant de regagner chacun nos espaces, je ne sais si j'aurais eu l'audace de vous le dire. De peur d'y déceler une certaine prétention. Vous remercier d'être ces passants sur mes îles. Je me serais peut-être tu.

mercredi, 05 décembre 2012

Aujourd'hui masques et attitudes.

P1060810.jpg

249/366
2 mai 2012: ce jour-là, il y avait eu des masques -visages blafards, sourire et moustache étirés jusqu'à la fissure- et l'indignation battait le pavé. Il y avait eu une étrange correspondance aussi entre la foule amassée sur les marches de l'opéra Bastille et l'affiche de l'opéra qui se jouait alors.
Aujourd'hui, je ne sais plus très bien ce qui reste de nos colères. Pourtant, tôt le matin, la radio répète le même refrain du rien ne va en ces temps de crise.

P1060833.jpg

mardi, 04 décembre 2012

Aujourd'hui jeu de société partant d'une case départ.

P1070865.jpg

248/366
Vous êtes ici: disons que c'est la case départ. Vous pouvez avancer d'une case. Vous pouvez aussi essayer ce grand jeu de notre société: avancer de deux cases puis reculer de trois.

lundi, 03 décembre 2012

Aujourd'hui une coupe franche.

P1070869.jpg

247/366
A partir d'aujourd'hui et jusqu'en avril, la biquetterie participe pour la deuxième fois au Défi Familles à Energie Positive. Le principe: réduire notre consommation en gaz, électricité et eau. Une interrogation cependant: l'année dernière nous avions réduit toutes nos factures de 12% et ce, sans nous brancher sur le compteur des voisins et sans trop de grincements de dents de la part des quatre ados. Je ne vois pas trop comment nous allons réussir la même baisse cette année. Où pouvons-nous encore effectuer une coupe franche? Nous pourrions certes aller puiser l'eau au ruisseau, renoncer à l'électricité pour nous éclairer à la bougie et manger froid pendant les cinq mois à venir. Une seule objection: j'ai encore 119 réels à prise rapide à rédiger au petit jour.

dimanche, 02 décembre 2012

Aujourd'hui la beauté à cet endroit précis.

P1070985.jpg

246/366
Cette semaine, je suis retournée avec mes biobios de 6ème sur la terre des Hauts Prés. Ils ont posé, aux trois entrées du champ captant, des panneaux dotés d'un humour injonctif certain. Pour renseigner le passant. Puis, tout en se bal(l)adant, ils ont remplis des sacs: 450 l de déchets. Nous verrons bien, lors de notre prochaine visite en février, si la semelle des passants est devenue plus respectueuse. 
C'est aussi en ces terres que la fulgurance de la beauté du monde avait choisi ce jour-là la nudité d'un peuplier.


P1070965.jpg

samedi, 01 décembre 2012

Aujourd'hui en retard.

P1070906.jpg

245/366
Lettre ouverte à M. Hollande
Monsieur,
A compter d'aujourd'hui vous avez très exactement 53 jours de retard et tout nouveau jour qui s'écoulera viendra se rajouter sur votre âme et votre conscience.
Le 9 octobre 1981 - soit cinq mois après les élections présidentielles - la France abolissait la peine de mort et au fronton de nos mairies le mot fraternité trouvait ce jour-là une résonnance particulière. Il est vrai que le gouvernement avait alors dans ses rangs un juste: Robert Badinter. Dans la tête de la gamine de douze ans que j'étais alors, elle m'avait semblé si simple, la réalisation de la promesse électorale.
Le 9 octobre 2012 a, depuis 53 jours, refermé ses portes et vous semblez oublier qu'au fronton de nos mairies, chaque jour qui passe noircit un peu plus le mot égalité. Non seulement vous laissez la parole à tous les râcleurs de fonds de casseroles que compte notre pays mais en plus vous vous prêtez à ce dangereux jeu de verseur d'huile sur le feu: "la liberté de conscience" laissée aux maires.  Dans la tête de la femme de quarante-trois ans que je suis aujourd'hui, cela me semble si compliqué, ce passage au mariage pour tous, que j'en viens à douter qu'il ait lieu un jour.
Vous ne pouvez tergiverser plus longtemps. Un pas en avant, trois pas en arrière n'a jamais fait avancer personne. Pour engager un changement ici et maintenant, il faut faire preuve de quelque folie audacieuse.
Demain, Monsieur, vous aurez 54 jours de retard.
La Bacchante
P.S. Dans l'attente de vous voir réagir, je m'en vais répondre à la proposition de Causette dans son édito du numéro de décembre. "Je vais pour cela prendre mon petit rouleau de sparadrap et allez scotcher deux parenthèses au fronton des bâtiments publics, de part et d'autre de ces sept lettres."

vendredi, 30 novembre 2012

Aujourd'hui le prix à payer.

P1070883.jpg

Exposition Ernest Pignon-Ernest à Pont l'Evêque

244/366
Déconcertante exposition à Pont l'Evêque, en ce moment: Ernest Pignon-Ernest - le passant des marches du sacré-coeur, des rues de Naples, des no man's land gardant les chekpoints israëliens, des façades éventrées d'immeubles, des marchés de Soweto - immobilisé entre les quatre murs d'un musée. Et avec lui, le poète aux semelles de vent.


"Cher Monsieur
Votre lettre m'a surpris: qu'attendiez-vous en partant? À moins de rester au loin, nul moyen d'éviter cette amertume du retour. La souffrance est toujours le prix à payer lorsque l'on cherche l'inconnu -et plus encore lorsque l'on se veut «Damné». Mais dites-vous qu'au moins, vous avez vu! Bien à vous."
Rimbaud

jeudi, 29 novembre 2012

Aujourd'hui rues.

1.jpg
Edition de 1946

243/366
Je suis tombée sur ce livret dans un bistrot perdu au fin fond de la Suisse Normande. Mon oeil avait d'abord lu sur la couverture un volcan en éruption, répandant ses braises tout autour. Une fois habitué à la perspective approximative, il a accepté d'y déceler une route bordée de platanes.
Laissons-là ce paysage bucolique pour admirer l'agglomération selon Monsieur Dumont.

366 réels à prise rapide
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Quand on arrive à Vatan, j'imagine qu'effectivement on n'a qu'une envie: s'en aller. Surtout si vous avez le malheur de vivre dans la bicoque qui inévitablement deviendra un rond-point à l'ère des temps modernes.
Imaginons pour l'instant que vous rentrez chez vous.
Vous êtes le véhicule noir de la situation 2. Soudain le conducteur du véhicule jaune se met à agiter frénétiquement son bras par la fenêtre ouverte. Pourquoi?

1. Il pleut ce jour-là et il actionne ses essuie-glace.
2. C'est un vieux copain d'enfance et vous ne vous êtes pas revus depuis que cette fichue guerre vous a envoyés sur le front.Il essaie d'arrêter sa voiture pour faire un brin de causette.
3. Il indique qu'il va tourner à droite.

366 réels à prise rapide
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Bonus tout spécialement pour Topa!

366 réels à prise rapide
Cliquer sur l'image pour l'agrandir


mercredi, 28 novembre 2012

Aujourd'hui détails au plafond.

P1040043.jpg

242/366
J'aurais voulu vous montrer quelques détails du plafond de ma salle de cours: les trous, les fils électriques apparents, des citations d'auteurs patafixées ça et là qui tentent tant bien que mal de cacher la misère et un hommage à la bibliothèque de Montaigne. Encore eut-il fallu que je prisse une photo.
En remplacement, ce plafond d'une librairie bretonne: entre le mouton et le cadre se joue un potentiel drame à côté duquel mon idée de départ aurait fait pâle figure.

mardi, 27 novembre 2012

Aujourd'hui armé comme le béton.

P1070972.jpg

241/366
Hier sur les Hauts Prés, aucune armature n'aurait pu me protéger de la beauté du monde. Aucune armure non plus. Rafales de pluie et ciel chargé de nuages noirs. Et le soleil en intermittent du spectacle. A chaque apparition, il a illuminé la nudité grisâtre du peuplier. Je suis restée là, comme on regarde un feu d'artifice au coeur d'une nuit d'été. Me demandant à quelle flamboyance j'allais assister la fois d'après.

lundi, 26 novembre 2012

Aujourd'hui une bonne chose de faite.

P1070952.jpg

240/366
Hier, je suis allée me bal(l)ader sur le blog d'Yves. Il avait photographié son abricotier avant que les rafales de la nuit ne le transforment tout en bois.
Cela faisait quelques jours qu'à chaque fois que je passais devant la vigne toute en lumière je me promettais de la mettre en boîte avant que le vent ne la transforme toute en sarment. C'est une bonne chose de faite.

dimanche, 25 novembre 2012

Aujourd'hui tête pleine de.

P1070912.jpg

239/366
C'est là un principe physique ou une pensée philosophique: toute tête pleine de finira tôt ou tard par se vider.

samedi, 24 novembre 2012

Aujourd'hui j'étais un animal quand.

366 réels à prise rapide,portrait chinois,tous cobayes

238/366
Si j'étais un île, je serais Indigo
Si j'étais un gratte-ciel, je me courberais un peu pour laisser les nuages passer
Si j'étais un des cinq éléments, je regretterais les quatre autres
Si j'étais un barrage, j'ouvrirais grand mes vannes
Si j'étais un écrivain, trouverais-je le temps de me bal(l)ader encore ici?
Si j'étais une forêt, je demanderais au premier arbre de ne pas cacher tous les autres
Si j'étais un arbre, je porterais la trace du G.R. sur mon tronc
Si j'étais un fruit de mer, je trouverais incongru mon nom
Si j'étais un animal,je ne voudrais surtout pas être une rate testeuse d'OGM.

Suis allée voir hier le documentaire Tous cobayes. On ne pourra pas dire à nos enfants que nous ne savions pas quand ils nous poseront la question.


vendredi, 23 novembre 2012

Aujourd'hui séduction de.

P1070914.jpg

237/366
Calme de la Gorgone
avant l'engloutissement,
passant médusé.